dimanche 5 novembre 2017

L'Echo des Singles N°8 : Octobre 2017



Edito

L'Echo des singles paraît avec un peu de retard ce mois ci.
Une petite rando inopinée en fin de mois a décalé la parution. Mais du coup, ce numéro est plus épais que d'habitude. Et ceci sans supplément.

Dimanche 08 Octobre : La Tour d'Aigues

Une petite randonnée organisée par le cyclo club de la Tour d'Aigues.
Au moins la quatrième édition pour moi dans un terrain connu .
Mais il faut faire vivre ces rando, car vu le nombre de réglementations qui pleuvent sur ce style d'activité et qui ne font qu'augmenter d'années en années, nombre de clubs déclarent forfait pour en organiser de nouvelles.

Les bâtons dans les roues les plus fréquents  pour organiser des randos sont :
  • Difficulté de trouver de nouveaux itinéraires parce que les terrains traversés sont désormais classés et qu'il ne faut pas déranger  les petites bêtes qui vivent dedans.
  • Les chasseurs qui même hors période de chasse craignent que les cyclistes effraient le futur gibier qui du coup ira migrer ailleurs
  • Les compagnies d'assurance qui se montrent de plus en plus pointilleuse sur l'organisation en menaçant les organisateur de la pleine et entière responsabilité en cas d'accident
  • Enfin, les mairies les plus frileuses exigent tout un plan vigipirate ( vigiles, camions en travers  pour éviter les béliers...) et tout ça aux frais du club

Bien dommage en tout cas, car ces randonnées permettent en général de découvrir de nouveaux coins pour les néophytes.

Parti normalement pour le grand parcours, je m'aperçois lors de la marche d'approche (en voiture) que j'ai oublié mon casque. Aïe. Demi tour pour revenir à la maison et repartir aussitôt.
Et du coup, pour avoir une chance d'avoir la saucisse lentille de l'arrivée, on se rabat sur le 35, donné pour 900 m de D+
Terrain ultra sec, donc très poussiéreux. Dans l'ensemble, pas beaucoup de singles, mais toutefois 2 singles bien tournoyants à travers les sous bois. Et par chance , pas de passage dans des terrains brûlés, malgré les grands incendies récents dans le coin.
Seule plaie résiduelle : les VAE de plus en plus nombreux dans ce genre de sortie( à vue de nez 15% de la population active en VTT).
C'est évident qu'avec moi le différentiel de vitesse est important et c'est difficile à gérer proprement.
700 personnes selon les organisateurs. J'ai l'impression que les saucisses ont été coupées en morceaux pour qu'il y en ait pour tout le monde.


Lundi 09 Octobre : Variante sur le PilouTour 

Encore une maintenance préventive de la voiture à Vitrolles.
Cette fois ci on amène le VTT pour s'occuper pendant que les mécanos s'occupent ( et  facturent )de la voiture.


Tracé de référencehttp://la-trace.com/itineraires/vtt/3639/pennesvtt-n3-du-moulin-des-pennes-au-plateau-de-vitrolles.
C'est un genre de Piloutour mais avec des variantes. Assez vite, je m'aperçois que je fais le tracé à l'envers (montée par un single bien raide et descente par une piste bien large).
Vite un demi tour pour faire ça bien.
On ne peut pas échapper aux parties brulées près du Stadium. Le parcours diverge un peu et s'en va vers les Pennes Mirabeau.
Traversée du vieux village des Pennes et de son moulin, puis par une longue crête, retour à Vitrolles par le GR2013.
Bypassé la partie allant vers la Voilerie car de mémoire pas beaucoup d'intérêt

40 km, et 560m de D+

Tracé TQRhttp://www.openrunner.com/index.php?id=8013082

Jeudi 12 Octobre : Le Grand Lubéron

Tracés de référence :

Pour les couleurs d'automne, Le Lubéron, ça ne vaut pas la montagne de Lure, mais c'est déjà pas mal.
Puis avant que le coté Nord devienne trop humide, profitons en pour faire une descente de ce coté là.

Montée par la longue piste à partir de la Motte d'Aigues versant Sud pour attraper la route des crêtes.
On passe devant la descente de la Glorivette puis en face de la réputée descente de l'Aigle,coté Sud , un sentier, peu marqué au départ descend face Nord via le coteau de la Pannetière

A priori il a été dégagé récemment à coup de sécateur ( un randonneur  sympa ou un vttiste ?)
Descente jusqu'à la vallée du Calavon puis remontée par la route par  Céreste puis le col de Mascas et reprise de la route des crêtes, cette fois ci encore plus longtemps jusqu'au Gros Coulet.
Là j'avais prévu de faire la descente du Jas de Pécou. Pas vu une épingle à cheveu  et fait inopinément la descente dite de "La Draille de Roche". Le début est un peu délicat, mais la fin est bonne ( pour moi).
Après descente par le ravin des Vaucèdes, qui se transforme assez vite en grande piste.
Couleurs d'automne sur le chemin des crêtes du Grand Lubéron





51 km et 1500m de D+

Tracé TQRhttp://www.openrunner.com/index.php?id=8013102

Samedi 14 Octobre : Les gorges de Trevans avec xVTT

Déja fait il y a quelques années mais avec une trace un peu zoubiarde, on remet ça sur l'ouvrage en compagnie de quelques riders du forum xVTT.
En compagnie n'est pas forcément le terme approprié car les  riders sus nommé sont tous fans de Strava.
Bien que partis un peu avant eux, ils ne mettent pas beaucoup de temps pour me rattraper.
Ephémère point de rencontre avec les riders xVTT
Crédit photo Jérome C.(en premier plan)

Impasse faite sur le sommet de l'Agra, fait la dernière fois.
Très belle descente en dévers jusqu'aux ruines de Valbonette et petite remontée vers le Turquet.
Au lieu de redescendre directement sur les gorges comme fait l'autre fois par un sentier raide et plein de pierres qui accrochées par le vélo ne demandent qu'a tomber sur les nombreux randonneurs en contrebas, poursuite du chemin à flanc vers le gite de Trevans.
Passage par endroit un peu exposé, le chemin étant taillé dans la roche, mais, c'est relativement large. Ca passe pratiquement tout sur le vélo.
Passage un peu exposé


Avec un gars sur le vélo ( c'est pas moi)
Crédit photo : Non identifié

Avant le gite, descente par un petit single dans les bois pour arriver au fond des gorges.

Au fond des gorges, encore un chemin taillé dans la roche


Remontée en poussage portage en suivant le Glovion, affluent majeur de l'Estoublaisse pour rejoindre les ruines de Valbonette.

Belles couleurs automnales

Le chemin à flanc pour rejoindre le gite de Trevans est tellement beau  est refait une 2ème fois avec encore  le passage exposé taillé dans la roche.
Passage cette fois ci par le gite non gardé de Trevans puis descente par le ravin de Pierre Grosse pour une arrivée directe sur Estoublon où mes potes riders étaient là depuis un certain temps.

Mes potes qui avaient des munitions pour attendre le dernier de la classe




41 km pour 1500m de D+. Le Garmin s'est planté en cours de balade et n'a pas tout enregistré. La trace a été partiellement reconstituée sur la carte. Encore un problème de soft 😐
Tracé TQRhttp://www.openrunner.com/index.php?id=8015400


Mardi 17 Octobre : Le Petit Lubéron

Après avoir été dans Middle East du Grand Luberon, on recommence avec le Middle East du Petit Luberon avec toujours des faces Nord.
Tracés de référence


Départ de Bonnieux en direction de la forêt de cèdres. 
Petite variante au départ par le camping de Bonnieux puis l'Enclos de Bories pour rejoindre la route de montée vers la forêt de cèdres.
Une grande sortie scolaire a l'air d'avoir lieu, car un nombre important de cars me double durant la montée de la route d'accès à la forêt de cèdres.
Arrivé à la crête descente via le Pré de Roustan en face Nord.
Le site SingleTrack cote cette descente T2, tandis que Vttour dit T3. Moi je dis un peu entre les 2. Quelques petites marches, mais ça passe bien.
Arrivée à la Valmasque(319m) , traversée par une grande piste à flanc pour remonter à la crête  via la Grande Traversée du Vaucluse .
Ça roule mais ça pousse aussi.
Resdescente par le vallon de Cavède. La c'est de la pierraille tout le long. Petits pied à terre fugaces et coups de freins violent quand on s'aperçois qu'il y en a une grosse qu'on peut pas éviter et que c'est pas gagné que la roue avant passe par dessus.
Bref, à l'arrivée, tripes bien secouées.

La célèbre forêt de cèdres sur les crêtes du Petit Lubéron:
 Cèdres de l'Atlas plantés durant l'Empire de Napoléon III

Retour à Bonnieux par des petites routes. Un petit bonus à Bonnieux pour monter à l'église haute et à la table d'orientation pour vérifier que rien n'a bougé


Le village de Bonnieux les 2 églises


32 km pour 1100 m de D+
Tracé TQR : http://www.openrunner.com/index.php?id=8025229



Jeudi 19 Octobre : le tour d'ITER à Cadarache

Faire des tours a toujours été l'objectif des randonneurs aguerris : Le Viso, le Queyras, Le Lubéron pour ne citer qu'eux.
Aujourd'hui mon objectif est de faire pareil et donc je choisis comme objectif le tour du site d'ITER (International ThermoNuclear Experimental Reactor pour les néophytes de la partie) . Et tant qu'a faire, inclure aussi le RJH (Reacteur Jules Horowitz, toujours pour les mêmes néophytes).
Pas trop de problèmes d'itinéraire, car dès que l'on s'approche trop, on tombe sur des clôtures  qui n'ont rien à voir avec les clôtures des pâturages de l'Aubrac.
La clôture du site
"Ils" ont oublié de faire des passages pour randonneurs

Pas trop de vues sur le chantier. Principalement des grues. Je n'ai donc pas pu bien faire mon activité d'inspecteur des travaux finis. Et puis en plus les travaux ont l'air d’être loin de finis.😁
Passage par Saint Paul lès Durance, puis incursion vers le barrage EDF au confluent de la Durance et du Verdon. Remontée vers le château de Cadarache, transformé en petit Formule1 pour les clients et stagiaires du CEA.
Retour par la route où là, en se retournant, on s'aperçoit que c'est un domaine privé et qu'il ne fallait pas trop rentrer. Trop tard😐

36 km pour 590m de D+.

Samedi 21 Octobre : Signes

Sortie xVTT à 2 participants : Thierry V. ( alias Dérailleur) et moi
A partir de Signes, lente montée via une piste ( GR9) pour accéder au plateau de Siou Blanc
Thierry vient de s'acheter une nouvelle caméra et profite des temps morts à m'attendre pour filmer.
Mon cameraman attitré durant cette ballade 

Premier petit single de descente pour arriver à la route du Siou Blanc, puis un 2ème single fabuleux (Descente des 4 frères, T2 pour moi)  jusqu'aux bords du circuit Paul Ricard. Là, à cet endroit pas vraiment le silence de la nature. Les murs de clôtures sont assez haut et on ne voit pas trop ce qui se passe à l'intérieur. Le son, c'est gratuit, mais pour la vue il faut payer.
Remontée par une piste assez raide et surtout avec pleins de pierres qui ne demandent qu'à rouler, mais dans les sens opposé de la marche.
Puis en final, descente par un single un peu étroit mais magnifique ( my T3), non connu des ingés de l'IGN, mais à priori connu dans le milieu vttiste (Utagawa) pour une arrivée directe sur Signes

Une petite vidéo , pour une fois que j'avais un cameraman :
https://www.youtube.com/watch?v=kplkEDRovFU

35 km pour 950 m de D+




23/26 Octobre : Un bout d'EV6

Un de mes principaux sponsors, Jean François B. a pris il y a un moment l'action de faire en vélo Nantes Budapest via l'EV6  (European Velo n°6) par itérations successives et en mode discontinu.
Actuellement, la partie française est quasi bouclée, sauf quelques petits tronçons dont notamment la partie Nevers (en arrondissant) <->Le Creusot ( toujours en arrondissant).
Ce sponsor m'a proposé de l'accompagner (d'autres diront qu'il n'en fallait pas beaucoup pour me pousser et que c'était limite tapage d'incruste).
Le sponsor avait tout prévu, y compris un cuisinier  Alexis B., très utile pour les étapes dépourvues de restaurant, et en plus sur le terrain le cuisinier s'est révélé être un excellent web navigator pour trouver gîtes, couverts et autres haltes sur le parcours. 
Ayant dans l'idée de faire un petit supplément après ce bout d'EV6 , j'ai emmené mon VTT qui n'était pas le meilleur choix pour cette partie majoritairement bitumée.

L'EV6  fait partie de la petite vingtaine d'itinéraires européens qui sillonne l'Europe.
On peut citer:
  • l'EV1 qui part du Cap Nord pour aller jusqu'au Sud du Portugal via la côte Atlantique française (Velodyssée)
  • l'EV5 de Londres jusqu'au talon de la botte italienne
  • et l'EV6 , la plus connue, qui part de Nantes pour aller à Budapest, avec option pour aller jusqu’à la mer Noire et qui suit principalement la Loire, le Rhin et le Danube.
Ces itinéraires sont pensés pour le vélo, c'est à dire en voies propres où seuls les vélos sont autorisés, ou en voies partagées qui sont en fait des petites routes tranquilles sans beaucoup de voitures.
La majeure partie de ces itinéraires sont bitumé. Le faire en vélo de route avec pneus fins est un peu risqué au niveau crevaison. Les voies propres  n'étant pas en général balayées, il y a selon les passages des châtaignes, des glands ( authentiques) et des bouts de ronces potentielles.
Par contre un gravel bike ou un VTC est particulièrement bien adapté. Un VTT avec des pneus de 2.4 est un peu superflu pour ce genre de terrain.

Sur l'EV6, ce qui est remarquable, c'est la qualité de la signalisation qui permet de suivre le dédale des petites routes sans se tromper. Le recours au GPS est extrêmement rare.
Le balisage de l'EV6
c'est sûr que ça ne doit pas trop plaire à Jean Luc Mélanchon


Lundi 23 Octobre

Comme d'hab, un départ en TER à partir de Vitrolles pour rejoindre quelques heures plus tard Nevers et retrouver la fine équipe précédemment décrite.
La fine équipe
de droite à gauche:
Le cuisinier web navigator
Le sponsor, chef de projet
et moi, propulsé pour l'occasion expert en radio navigation par satellite


Diner à Chevenon dans un petit resto de village ou malgré l'appétit aiguisé de chacun il y a eu beaucoup de restes 

Coucher à Imphy

Mardi 24 Octobre
Suivi du Canal latéral à  la Loire principalement par les chemins de halage bitumés. Le dénivelé est peu conséquent.
Le canal latéral avec son chemin de halage herbeux ( hors EV6)

Passage par Decize avec un bout du Canal du Nivernais reliant la Loire à l'Yonne
Il est à noter que tous ces canaux exploités par la VNF ( Voies Navigables de France) ne sont utilisés désormais que par des bateaux/péniches de plaisance.

Pour les accros de #Balancetonporc,
là, il y a de la matière première😀

Coucher à Gannay sur Loire dans un gite tenu par des hollandais ( Gite du Domaine du Bourg 04 70 43 49 01, très bien et prix attractif)
Le reste de l'équipe était dans un AirB'B voisin, où le cuisinier a pu exercer son art.
Un bon repas de pâtes cuisinées lardons/oignons/crème et une bonne bouteille
L'association Sucres lents et Sucres rapides a toujours été la clé de la réussite pour les raids




Mercredi 25 Octobre
Histoire de varier un peu, l'EV6 s'écarte de la Loire et de son canal. Succession de petites routes à vaches le long des coteaux. Chic, ça monte et ça descend.
Passage par Bourbon Lancy, situé sur un promontoire. Stop à l'église au sommet pensant que c'est le centre nerveux et redescente. Loupé en fait le centre du bourg avec ses maisons à colombage qui a priori sont fort jolies. Normal, les maisons à colombage ne faisaient pas partie du périmètre de recherche du web navigator Alexis.
Un lama égaré sur les hauts plateaux du Nivernais

Petite pause de midi au restaurant de Saint Aubin sur Loire : 13,5€ pour buffet d'entrées, plat chaud , fromage en QSP, dessert, 1/4 de rouge et café.Qui dit mieux ?
Reprise du canal latéral de la Loire jusqu’à Digoin, où là ce canal traverse la Loire par un long pont canal pour se transformer en Canal du Centre pour rejoindre la Saône.
Le canal latéral vers Digoin

Le pont canal de Digoin au dessus de la Loire




Fond d'algues dans la Loire (la vraie) vu du pont canal

Passage devant le Canal de Digoin à Roanne, objet du trajet de retour dans quelques jours.
Vraiment complexe tous ces canaux, surtout quand on rajoute toutes les rivières qui contribuent à les alimenter en eau. Vraiment pas cons, ces ingénieurs hydrauliques de l'antepénultième siècle ( XVIIIème siècle pour ceux qui n'ont pas Wikipedia en ligne) .
Montée en pente douce le long du canal du Centre jusqu’à Paray le Monial.
Paray le Monial est un site clunisien avec l'abbaye qui va bien avec.
A priori, le nombre d’ecclésiastiques et assimilés au m²  est dans ce bourg supérieur à la moyenne nationale.
A noter aussi que Paray le Monial est la ville natale de Bernard Thevenet, double champion du Tour de France durant les seventies.

Paray le Monial et son abbaye


Le canal du centre à Paray le Monial


Coucher à l’hôtel des 3 pigeons

Jeudi 26 Octobre
Toujours le canal du Centre, mais d'assez loin toujours par de petites routes. 
Passage à Montceau les Mines, qui comme son nom l'indique eut été une cité minière. La dernière mine de charbon a été fermée en 2000.
Montchanin qui marque au niveau du canal la ligne de partage des eaux Loire(Atlantique) et Saône (Méditerranée). Montchanin est connu pour ses anciennes mines de charbon et d'argile, d'où une tuilerie encore en activité.

A partir de là ça descend, pas pour très longtemps car l'EV6 reprend la voie "Coteaux".
Arrivée à  Saint Léger sur Dheune, objectif final pour mon sponsor qui aura ainsi bouclé de façon continue Nantes jusqu'à Montbéliard.
Une bonne binouze pour fêter cela, et reprise du train en arrière pour aller coucher à Montchanin.
La binouze de fin de stage
(enfin, il y en a eu  d'autres avant) 

Après un bon repas de clôture, séparation des équipes : Mon Sponsor et le cuisinier Web Navigator repartent vers Paris en train + voiture.
Quant à moi, un petit bonus pour les jours suivants.
A suivre

Le trajet global


Les stats globales pour cette partie

277 km pour 1880m de D+,  limite 0D+ 😀

Parcours TQR : http://www.openrunner.com/index.php?id=8083760 ( Attention OpenRunner incorpore le trajet de retour en train, d'ou une longueur un peu plus élevée que celle annoncée).

27 Octobre/02 Novembre Les Gorges de la Loire et le Vivarais

Pour cette deuxième partie l'objectif est de suivre la Loire par ses gorges et de traverser le Vivarais ( ou le sud du Parc du Mont Pilat pour certains) pour atteindre la vallée du Rhône vers Valence.

27 Octobre
Un petit coup de TER pour revenir à Digoin et pour reprendre à nouveau un canal pour aller à  Roanne
Grands écluses sur ce canal notamment celle de Bourg le Comte haute de plus de 7m

Pas toujours facile le chemin de halage.
La clôture étant électrifiée, je ne me suis pas senti cap de passer à côté le long du canal 

Coucher à Roanne
71 km et 500m de D+

28 Octobre
Petite visite de la ville de Roanne, puis direction du barrage de Villerest sur la Loire.
Là, ça y est on quitte les canaux et on poursuit sur la Loire qui devient nettement plus encaissée.

 Suivi du petit chemin de fer touristique avec un large sentier à côté. En cette fin Octobre, plus de touristes, donc plus de trains.

Très épais brouillard qui en fait ne me permet pas de voir la Loire en dessous
Bon petits singles, puis ensuite, bonne partie de route. 
Le brouillard se lève. Enfin on voit.


Arrivée au magnifique château de la Roche qui a été racheté par la mairie du coin et en cette période d'Halloween sert de cadre à des manifs de sorcières.

Le château de la Roche dans une des boucles des gorges de la Loire

Arrivée à Balbigny,  le long de la Loire, gros bourg sur la carte, mais dépourvu d’hôtel/gite.
La frontale, et route jusqu’à Feurs
Couché à Feurs


66km 1150m de D+

29 Octobre
On quitte un peu la Loire pour aller faire un tour dans les nombreux étangs au Nord de Montbrison
Un peu de hors piste à travers les prés et des sous bois bien ronceux.
Un petit passage de clotûre.
Le chemin n'est pas trop évident ensuite
Chouette, un pont et un chemin
On s'y retrouve
Manque de pot, ça vaut une crevaison

Coucher à Bonson ( près de Saint Rambert sur Loire), le resto le plus proche étant à 4km. 
Changement d'horaire oblige, aller et retour à la frontale.


71 km pour 880m de D+

30 Octobre 
Bonson, puis Saint Marcelin en Forez, en bordure comme son nom l'indique du Forez, visité l'an passé.
Ancienne voie ferrée désaffectée transformée en chemin VTT, puis l'ancien château d'Essalois, en ruine mais bien conservé.




Les gorges de la Loire vue du chateau d'Essalois


Barrage du Grangent sur la Loire, et rive droite de la Loire par de magnifiques singles offrant de superbes vues. Comme indiqué plus haut, plus de canaux. Il y a de belles petites descentes mais aussi quelques petites poussettes.


Les bords de Loire en amont du barrage de Grangent



Vues du petit village perché de Saint Victor/Loire
avec sa chapelle du XIème, et modifiée au fil des siècles


Ce ne sont pas les traces VTT qui manquent
(TBG: Tour du Barrage du Grangent)

Ensuite, ça devient plus calme. Un large chemin suit le bord de Loire jusqu’à Unieux, puis Firminy
Firminy, ancienne ville industrielle acier/charbon.
L'urbanisme de cette ville durant les années 50 est refait à neuf avec la participation de le Corbusier, né pas très loin de là.
La chapelle de Le Corbusier, qui en fait n'a jamais trop servi de chapelle et qui est plutôt convertie en médiathèque

Coucher à Firminy

44km , 1050 m de D+


 31 Octobre
On quitte la vallée de la Loire pour aller vers le parc du Pilat et verser sur le Rhône.
Belle montées. Traversées de quelques petites stations de ski de fond ( St Regis du Coin) et passage au GR7 vers l'altitude de 1200m qui marque plus ou le moins le partage des eaux Océan Méditerranée dans le massif du Lyonnais.
Encore des couleurs d'automne

Dans ce coin, le GR7 est une des nombreuses variantes des nombreux chemins de Sain Jacques de Compostelle. Une dame du coin me dit que dans le coin , il y a pléthore de gîtes, hôtels et autres lieux pour passer la nuit. Rassuré je descends jusqu'au Col du Tracol (1023m) où normalement il y a une auberge.
Mauvaise pioche. Il est fermé. Un coup de Google pour m'apercevoir que tous les gites du coin sont fermés.
Il commence à faire tard et descend sur route  vers Bourg Argental. Une bonne douzaine de kilomètres de descente sur route pour arriver à l'altitude de 500m.
Les hôtels ouverts sont rares. Heureusement une chambre d’hôte, et puisque j'arrive en vélo, je bénéficie du tarif pèlerin à savoir 20€ pour une chambre avec un vrai lit et le copieux petit déjeuner. Ça donne presque envie d'être pèlerin à plein temps.😀  (Mme Rouchouse 06 82 83 74 39)


50 km pour 1390m de D+


1er Novembre
C'est bien d'avoir descendu. Il ne fait pas froid, mais il faut songer à remonter.
Petite route jusqu’à la station de ski de fond de Burdignes et piste ver le suc des Trois Chiens et le GR7 précédemment quitté.On est revenu aux 1300m d'altitude, point haut du voyage et redescente  vers la vallée de la Cance.
La croix de Cellarier, plus ou moins le point haut du voyage


A nouveau remontée, mais plus petite cette fois via le GR42 par la Croix de Baray.
Satilleu. Encore quelques petites remontées. Vu les petits villages environnants dépourvus d'hébergement et de restauration, décision prise de filer jusqu’à l'arrivée sur le Rhone, sans perdre de temps à téléphoner pour profiter au maximum du jour. Forcément la nuit arrive. Frontale. Petits singles à travers les vignes, et enfin le Rhône à Arras le Rhône. 
Une recherche rapide d’hôtel sur Internet et affaire conclue rapidement pour Tournon . L'hotelier m'indique aimablement  qu'il sert les repas jusqu'a 21h. On met le turbo sur la via Rhona ( voie propre  sans voiture)  et à 20h15, arrivée à l'hotel. Ouf, je suis dans les temps pour manger.
Repas de clôture avec un bon petit Croze l'Hermitage pour compenser les calories perdues.


79 km pour 1830 m de D+

02 Novembre.
Le retour. Passage du Rhone pour aller en face à Tain l'Hermitage afin de prendre le train pour Vitrolles et retour à la maison

Le Rhône et le château de Tournon


Pour résumer cette ballade

Au total 374 km pour 6750m de D+

Tracé TQR :http://www.openrunner.com/index.php?id=8084361