jeudi 27 juillet 2017

L'Echo des Singles N°6 Juillet 2017




Make Vélo Great Again








Edito

Toujours bien chaud à Aix en Provence. Donc les Alpes dès que possible du moment que la météo n'est pas catastrophique.

En plus pendant mon absence, un autre terrain de jeu  à  proximité est parti en fumée : Saint Cannat.
Autrement dit les bords de la Touloubre, Camaïsse et autres lieux proches d'Eguilles.
Après Vitrolles en 2016, les possibilités de faire du VTT dans le coin se réduisent comme peau de chagrin.
Et hélas, ce n'est pas fini La fin du mois de Juillet se termine mal notamment avec des feux du côté d'Artigues pas loin à priori de la célèbre CochonDuro . Que va-ton bien pouvoir faire cet hiver dans le coin ?

Sinon, 
Ne manquez pas les numéro "Spécial Eté" de l'Echo des Singles, consacrés à la Grande Traversée du Massif Central et qui paraîtront courant Août 



Petit séminaire dans le Queyras

Pour bien commencer ce mois de Juillet, un petit séjour dans le Queyras.
Rien de bien nouveau, car le mois dernier j'ai déjà fait une virée dans le coin.
Qu'importe. Pourquoi aller plus loin quand il y a des trucs bien plus près.
Le Queyras possède 2 avantages par rapport à ses concurrents :
  • Le VTT n'est pas encore interdit. Pour cela, il est primordial de respecter les nombreux randonneuses et randonneurs présents ( je dis ça pour les descentes, car pour les montées, il n'y a pas franchement de gêne mutuelle 😀)
  • Les départs ont lieu souvent d'assez haut, d'où chaleur très supportable en ce mois de Juillet.
Et puis, quand on balade, en zyeutant à droite ou à gauche, ça donne toujours des idées pour la suite.

Aussi donc, l'objectif pour ce séminaire est le Col Vieux, à proximité du Col Agnel, avec descente vers la vallée du Guil. Cette descente est souvent qualifiée d'anthologie dans les milieux autorisés.
Et pour faire cette descente, les topos indiquent souvent la nécessité de faire une navette de voiture pour joindre les 2 bouts car on n'arrive pas du tout de là où on est parti.

Ici, on prend le temps qu'il faut, et on fait une véritable boucle (avec quelques variantes supplémentaires si affinité) à partir de Saint Véran afin de faire le col de Chamoussière avant, histoire de bien s'immerger dans le milieu.
Tracé source  de base pour ce séminaire: http://www.vttour.fr/topos/,201.html

Samedi 1er Juillet


Saint Véran, Observatoire de ChateauRenard

Arrivée en voiture vers les midi à Saint Véran et mise en place des actions préalablement décidées. Coup de téléphone au refuge de la Blanche bien situé pour faire le col de Chamoussière en 2 coups. Simple formalité en cette période où les scolaires sont encore en activité. Eh bien non : refuge complet. Obligé de coucher à Saint Véran et de faire Chamoussière/Col Vieux avec une seule cartouche le lendemain .
Pour s'occuper, l'après midi, montée à l'observatoire de Chateau Renard par une piste. Parti super léger avec juste un kway. Vraiment pas chaud à 2900m. La descente sans gants sur la piste se révèle un peu pénible.
Un des bâtiments de l'Observatoire de ChateauRenard ( Observatoire de Saint Véran)
et le pic du même nom en arrière plan.


La piste de la Chapelle de Clausis et au loin Saint Véran perdu dans les alpages

26 km et 1050m de D+

Tracé TQR : http://www.openrunner.com/index.php?id=7631385

Dimanche 2 Juillet

Col de Chamoussiere et Col Vieux

Ca y est, c'est parti. Préliminaire par la piste qui monte à la Chapelle de Clausis. Les voitures sont autorisées sur cette piste, la navette d'été n'étant pas encore en service. Heureusement les voitures sont très respectueuses des vélo, en les doublant lentement sans trop faire de poussière.

Juste avant la chapelle, bifurcation vers le col de Chamoussière. Certes cela se fait en poussant mais le chemin est agréable et lisse. Je mets en avant les propriétés bien connues de symétrie de la nature  pour me dire que pour la descente, cela va être pareil.
La tête des Toillies depuis la montée de Chamoussière. A droite de la photo, Col de la Noire où j'en avais particulièrement bavé l'année dernière


Arrivé  au col, la symétrie ne saute pas vraiment aux yeux. Le versant col Agnel est en fait un pierrier, avec un chemin légèrement lissé. Bref, pour cette descente, 50% sur le vélo et le reste à coté, et arrivée au col Agnel.
Au fond, le versant Nord (Agnel) du col de Chamoussière où on remarque de suite que la descente est particulièrement propice au vélo

En regardant de plus près les différents topos, ce col se fait plutôt dans l'autre sens, avec éventuellement une variante vers le Col de Saint Véran. A priori c'est ce qu'ont fait des vttistes que j'ai vu au  loin.
Reservation du gite à l'Echalp où la dame du gite me dit qu'il me faut 2 petites heures, pas plus, depuis le col Agnel et que tout passe sur le vélo. Tout du moins c'est ce que dit son mari.

Remontée de 250 m vers le col Vieux  puis enfin cette fameuse descente d'anthologie.

Une montagne qui porte bien son nom : La Taillante avec son arête bien effilée au dessus du Col Vieux



Le départ est parfait. Puis, entre les 2 lacs, de bonnes difficultés exposées et de nombreux passages à pied.
Un des lacs de la descente ( précisément ici lac Egorgéou)

Puis à nouveau du chemin très cabossé avec du pied par terre assez fréquent.

Ici, ce n'est pas Strava, mais j'explose  vers le haut le temps annoncé par la dame.
Le gars du gite est très fier de cette descente, et me dit que c'est la plus belle descente du Queyras.
Pas vraiment d'accord avec lui, tout du moins pour ma technique.
Cette réputation est peut être dûe au fait que si on fait une navette de voiture, il y a 250m de D+ pour 1100m de D-.
Mais c'est vrai que nonobstant , le paysage est très beau.
En plus, dans le refuge il y a la collection intégrale des bouquins VTOPO du coin. J'ai pris peur après coup en voyant la description et surtout la cotation de cette descente : du free ride expert en V5 pour rider averti : Oooops. Qu'ai je donc fait par là ?
Le refuge  de l'Echalp, s'appelle 7Degrés Est en référence à sa position géographique.
Je fais remarquer aux proprios que foi de mon GPS le refuge n'est pas exactement à la longitude 7°.
Ils m'ont expliqué qu'ils voulaient faire simple et ne pas s'encombrer de multiples décimales.
On ne roule pas comme ça dans la farine, un spécialiste du GPS comme moi.

26 km pour 1230 m de D+

Tracé TQR : http://www.openrunner.com/index.php?id=7631418

Lundi 3 Juillet

Col de la Traversette

Un petit add on sur le parcours.
Lors de mon périple dans le Forez l'année dernière, j'avais rencontré un cycliste d'un age certain, Lucien C. qui m'avait dit que lors de sa jeunesse (1979) , il avait fait en vélo de route le tunnel du col de la Traversette, moyennant un bon portage, puis était redescendu jusqu'à la plaine du Pô ( 400m d'altitude) pour remonter le Col Agnel versant italien, le tout en 24 heures. Belle performance.
Motif suffisant pour aller voir de quoi il retourne et voir ce fameux tunnel historique situé à 2900m d'altitude.
Renseignement pris auprès du gardien du refuge, le portage est obligatoire pour monter au tunnel.
N'ayant pas l'intention de faire le tour en Italie, je le ferai en mode "petit joueur", la fin à pied en laissant le vélo dans un coin.

La montée démarre par la piste d'accès au belvédère du mont Viso, assez vite interdite aux voitures.
Le Viso m'accompagne durant toute la montée.
Le Viso qui se poile en me regardant monter

Montée ensuite par un chemin. Poussée en montée mais belle descente en perspective.
Arrivé à l'altitude de 2500m ( jonction avec le chemin du col Sellière), là, ça se corse car ça ne roule plus.
Arrimage du vélo au poteau indicateur et montée à pied au tunnel
le vélo et le casque accrochés au poteau.
Malgré les remarques sarcastiques de certains de mes coreligionnaires, c'est donc  toujours utile d'avoir un antivol built in sur le vélo. D'autant plus que c'est pile poil sur le parcours du tour du Viso, très fréquenté par les Italiens, qui se croient chez eux alors qu'ils sont chez nous et  qui comme chacun sait sont toujours prompts  pour de menus larcins 😊😊



 Arrivée au tunnel de la Traversette ( 2900m)
L'entrée du tunnel de la Traversette côté français


Le tunnel est long d'une centaine de mètres. Comme il y a plein soleil sur la neige à l'extérieur, il fait bien noir à l'intérieur et la frontale est bienvenue. J'aurais eu mon vélo, j'aurais pu rouler, car on tient debout.
La sortie côté italien




avec évidemment la traditionnelle nebbia coté italien
le petit coin de ciel bleu en haut à gauche de la photo, c'est la France


Après avoir retrouvé mon vélo la descente sur le sentier est parfaite. Fin sur la piste puis sur  la route jusqu'à Abriès à la vitesse grand V

33 km pour 1260 m de D+

Tracé TQR : http://www.openrunner.com/index.php?id=7631486

Quelques images d'archive (1979) de nos anciens valeureux au tunnel de la Traversette en vélo de route et comme l'époque le voulait le bonnet remplaçant avantageusement le casque. Mais il n' y avait pas la nebbia


Crédit Photos : Lucien C.



Mardi 4 Juillet

Lac de Malrif



Encore un petit add on. VTTrak propose un itinéraire au dessus d'Aiguilles coté T2. Parfait pour une journée de repos.
Ca commence par une piste avec des panneaux indiquant qu'on peut passer mais sous sa propre responsabilité et en plus  un  panneau "Arrêt interdit". Bref, tout ce qu'il faut pour que je continue
On m'avait  conseillé aussi d'aller voir le hameau du Lombard. En regardant de près, ce n'est pas vraiment sur la trace. Pas grave, on  rattrapera après. Même que sur la carte, il y a un chemin de rattrapage.
Le hameau du Lombard ( 1914m)
la place centrale du village



Passé le hameau, je trouve le chemin marqué sur la carte . Pas trop fréquenté, des herbes hautes, et raide, le bougre. Bref un bon poussage avant de pouvoir retrouver la trace. Après ça devient plus large, mais ça pousse encore.
Un des  lacs de Malrif ( Le Grand Laus 2580m)

Descente plus ou moins par le même chemin. Première partie OK. Ensuite descente directe sur Aiguilles par le GR à partir des Eygliers ( Petite variante documentée du GR58).
Là ça se corse un peu, car c'est pierreux, assez raide  et ça tournicote beaucoup. Pas vraiment du T2 comme annoncé ou alors j'ai nettement régressé.
29 km pour 1310m de D+

Tracé TQR : http://www.openrunner.com/index.php?id=7631455

Mercredi 5 Juillet

Aiguilles Saint Véran

Bouclage de la boucle.
Pour aller d'Aiguilles à Saint Véran, ou tout du moins pour rejoindre la vallée du Col Agnel , plusieurs possibilité :
  • Prendre des itinéraires VTT balisés notamment celui des 40 lacets mais plus ou moins à l'envers ce qui est pas top,
  • Prendre l'itinéraire proposé par le gardien du refuge de l'Echalp : Marqué sur la carte mais non balisé.
Mon choix s'oriente vers la 2ème solution. De retour à la maison, j'ai vu d'ailleurs que ce sentier fait partie de la nomenclature VTTrak.

Petite montée tranquille sur une piste en direction du Peynin.
Ensuite sortie de piste et traversée du torrent de Peynon. Là commence vraiment le sentier noir tel que l'entend Sylvain Tesson.
Pas de pont pour traverser le torrent. Les pieds dans l'eau. Ca lave et dissipe les odeurs ( tout du moins sur le moment).
Y a  plus qu'a mettre les pieds dedans

Ensuite petit sentier à flanc dans les herbes et souvent assez expo.



Les 2 photos ci dessus sont une parfaite illustration de l'abondante érosion  due aux passages répétés de cyclistes randonneurs dans ce coin


Un petit pied à terre

Pied à terre fréquents malgré le fait que c'est plus ou moins à niveau. Plusieurs petites chutes sans gravité à cause de cailloux planqués dans les herbes. Evidemment pour les premières, je n'avais pas encore mis les coudières.
Le sentier devient ensuite balisé et plus large.
Portillon fait avec une demi palette et tout un système de ressorts de rappel, très efficace.
Dans le coin tout le monde a le même modèle.

Passage par Prats Haut puis suivi du canal de Pierre Dimanche par Gaudissart , très large au départ et  se rétrécissant bien bien vers la fin. Mais le tout est absolument magnifique.
Pierre Grosse dans la vallée de l'Agnelle, puis petite route à travers le bois des Amoureux pour rejoindre Saint  Véran et la voiture.

20 km pour 910m de D+ et 420m de D-


Synthèse de ce séminaire

4,5 jours dans le Queyras, 134 km pour 5700m de D+ : Que c'est bon. Beaucoup de marche à pied mais qu'importe. Après la descente, on oublie tout. Et puis, il y a le col de Longet, le col des Estronques entre Saint Véran et Ceillac, sans oublier la vallée du Rioux et Valpréveyre, il y a encore de quoi en faire des séminaires.


Dimanche 9 Juillet

Venelles

Un petit tour avec le forum xVTT. Venelles est tellement grand, et puis les descentes courtes se font tellement rapidement qu'on a du mal à reconnaître. Bref du classique avec la CCourt et la Timka, plus toutes les descentes oubliées

 23 km pour 630m de D+



Petite Virée à Nevache

Un de mes sponsors est en villégiature à Valloire.
Et qui dit Valloire dit les Cerces, et donc Névache.
Motif suffisant pour retourner aussi sec dans les Alpes et aller directement à Nevache sans se laisser succomber à la tentation des sommets et cols intermédiaires.


Mardi 11 Juillet


Col des Thures et Col du Vallon

Un petit prologue avant d'aller à Valloire. Prévu depuis longtemps , le col des Thures et le col du Vallon.
Tracé de référence :https://www.utagawavtt.com/randonnee-vtt-gps/Claree-ment-bon-Vallee-etroite-Col-du-Vallon-10813
De retour à la maison, je m'aperçois que cette balade a fait l'objet d'un compte rendu détaillé par Sylvain D. ( FCD Villelaure), traceur de traces qui vont bien et que j'aurais peut être mieux fait de lire avant.

Départ de Névache
Le matin, le gardien du gite assure que la météo sera relativement clémente aujourd'hui. Tout est dans le relatif.
Montée à travers les bois vers le Col des Thures par un bon poussage.

Une petite cheminée de fée durant la montée

Le col est un col large, couvert de gazon avec une belle vue sur la vallée Etroite avec ses célèbres rois mages ( Balthazar, Melchior et Gaspard) .

Le col des Thures (2194m) avec son lac Chavillon


La météo devient moins clémente qu'annoncée par le gardien et les randonneurs présents sont pressés de rentrer avant la pluie. Ah bon, il va pleuvoir ?, ce n'est pas ce que l'on m'a dit.
La descente coté Vallée Etroite se fait heureusement à sec. Bien roulant avec de bonnes épingles et arrivée au refuge italien I Rimagi.

La pluie commence alors à tomber, ce qui a pour effet de clairsemer les touristes pourtant nombreux dans ce coin
Remontée le long de la vallée étroite avec quelques coups de tonnerre.
Quand on monte en poussant le vélo, heureusement on se mouille pas trop.
La montée du Col du Vallon est en partie commune avec la voie normale d'accès au Thabor. Pas mal de gens qui redescendent  du Thabor, soit avec succès, soit en mode inachevé à cause du mauvais temps. Chacun se croit obligé de faire un commentaire sur mon ascension en vélo, du genre "Mais vous n'arriverez jamais au bout"  ou "Bravo", c'est selon.

Au fond le mont Thabor, où on devine la chapelle sommitale
Montée vers le col du Vallon.
Dernier carré d'herbe avant les pierres

et la neige



Après un bon poussage, arrivée au col du Vallon.

le col du Vallon ( 2645m)

Le temps s'est éclairci, et même que les pierres sont sèches .
Bon début de descente, avec au milieu de bonnes difficultés.

La face Sud du col du Vallon


Sur le terrain, je remarque que la trace s'écarte un peu du GR. Hésitation : GR ou la trace ? Comme il n' y a pas trop de chemin là où passe la trace je choisis le GR en me disant que les gars qui ont peint des marques jaunes et rouges sur les rochers ne sont pas des burnes et que le gars qui a fait la trace avait certainement un GPS qui déconnait un peu.
De retour à la maison quelques jours plus tard et en relisant le  CR de Sylvain, je m'aperçois que le GPS du gars en fait marchait très bien et qu'il fallait tailler droit dans l'herbe au lieu de s'embêter dans le GR rocailleux. Tant pis.
La fin vers Névache est raide mais ça passe.

30 km 1600m de D+
Tracé TQR : http://www.openrunner.com/index.php?id=7673507

Coucher au gite "La Découverte" à Névache

Mercredi 12 Juillet

Nevache Valloire

Tracé de référence :
une moitié du circuit FFC N°7  : http://www.singletrack.fr/sentiers/,1559.html

Après le prologue de la veille, départ pour Valloire par le refuge des Drayères
Pour éviter de me cramer, route jusqu'à Plan Laval, avec hélas pas mal de voitures. La navette pour éviter la circulation trop intense n'est pas encore en service.
Une piste en terre jusqu'au refuge, une bonne omelette matinale pour prendre des forces   puis le seuil des Rochilles. Bon poussage à la montée et qui n'engage pas du franchement bon pour la descente lors du retour dans quelques jours.
Passage par le lac, source de la Clarée, puis une petite centaine de mètres de D+ en plus pour aller au col de la Plagnette ( 2520m foi du GPS).

Le Seuil des Rochilles: le lac de la Clarée


Toujours les Rochilles avec son lac rond



Descente vers Valloire par le chemin balisé VTT N°7. Moyennement balisé avec des petites remontées occasionnelles. Mais ça descend.
Valloire approche. La montagne est particulièrement saccagée avec des remontées mécaniques, et de larges pistes faisant office de pistes vertes l'hiver. Heureusement le circuit évite tout cela.
Sauf que, plus bas, à un croisement avec une de ces pistes, un gars de chantier , quelques dizaines de mètres en dessous me hèle  et me dit qu'il ne faut pas continuer par le sentier. Un peu en retard pour le RDV avec mon sponsor, j'obtempère sans vergogne et descends le rejoindre via la piste.
Et là il me montre  bien en amont des pelleteuses en pleine pente en train de faire des tranchées dans la montagne avec le risque que des pierres déboulent sur le passage.
Bien que les pistes de ski soient à une altitude assez élevées ( ~2000m) , les commerciaux de canons à neige avec leur canalisations enterrées ont réussi à caser leurs merdes.
Et dire que pendant ce temps, dans certains milieux dépositaires de l'autorité, le vélo de montagne est considéré comme une calamité pour le milieu naturel.
Un petit free ride terminal à travers une piste de ski herbeuse permet d'éviter la piste et d'arriver directement à Valloire et donc de retrouver mes sponsors institutionnels.

38 km pouur 1200m de D+

Jeudi 13 Juillet

Repos

Repos d'affaire chez mon sponsor, avec quand même une petite randonnée matinale  à pied vers la chapelle du Poingt Ravier.

La chapelle de Poingt Ravier  avec 3 de mes sponsors et 3 vttistes de passage mais qui sont montés par la route, eux !



Certes, le tracé était référencé dans VTTrak ( T3), mais j'ai quand même laissé mon vélo au garage.
La descente aurait été un peu juste pour moi. Et en plus mes sponsors étant passionnés par la botanique des champs et forêts, les arrêts contemplatifs durant la descente ont été nombreux.

Suite à la visite chez mes sponsors, voilà ma nouvelle boisson energisante

Pas de tracé TQM ( Tel Que Marché) le GPS ayant franchement déconné dans la descente

Vendredi 14 Juillet

Valloire Nevache : Le retour 

On commence prudemment en entamant par la route du Col de Galibier.
Le tour de France passant quelques jours plus tard par là, le nombre de grimpeurs routiers qui grimpent est impressionnant.
Il va sans dire que ces apprentis grimpeurs vont nettement plus vite qu'un brave VTTiste avec son inséparable sac à dos.
Ce qui est le plus curieux, ce sont les campings cars qui ont pris au moins 5 jours avant les bonnes places de parking sur le bord de la route et campent alors sur leur position.
En attendant les vrais coureurs, ils regardent passer les amateurs en herbe. Ce qui est bien, c'est qu'avec moi, ils ont le temps de me voir venir.
Près de Bonnenuit sur la route du col du Galibier
Quelle est la conduite à adopter devant un tel panneau ?
Baisser la tête ?

Passage à Plan Lachat et montée par une piste au camp des Rochilles, puis au col du même nom.
2510 m quand même.
L'ancien camp des Rochilles.
Quelques bâtiments ont été recyclés en refuge et/ou  en bar

Ensuite légère descente pour retrouver le chemin de l'avant veille. Petit arrêt  au refuge des Drayères (juste un Perrier cette fois ci) puis parking de la route de Névache .
15h30 : Trop tôt pour rentrer. On enchaîne sur 400m de poussage pour aller chercher  le sentier de ronde au dessus de la vallée de la Clarée.
Ce sentier est à flanc, pas trop exposée avec quelques pierres  et offre effectivement un magnifique point de vue sur en face. Il ne descend qu'à la fin pas un single bien raide et tournicotant, mais ça passe presque partout.

Un petit lac sans nom le long du sentier de ronde

19h30 à Névache. Là, on arrête pour de bon et on rentre.

40 km , 1700m de D+
Tracé TQR : http://www.openrunner.com/index.php?id=7673714

Dimanche 16 Juillet

Le Petit Lubéron

Petite balade locale dans le Vaucluse, les Bouches du Rhone étant interdites de circulation à cause des feux de forêts

Petit prologue sur la route des crêtes du Petit Lubéron avec mon épouse jusqu'à la cabane du Pradon.
Le bastidon du Pradon:
Petit refuge bien propre avec bas flanc et petite cheminée

Puis profitant de la possibilité d'une navette de voiture, descente sans retour jusqu'à Lauris via le vallon de Sanguinette.
Sentier très sauvage, pas dur techniquement, mais encombré de végétation. J'aurais dû emporter sécateur et scie pour dégager un peu.

Un mur d'environ 3m de haut au milieu du parcours  ( les cadors auraient appelé ça une simple marche conséquente) heureusement pourvu d'une corde.
Passage en 2 temps :
1) le vélo accroché au bout de la corde que l'on fait descendre doucement le long du rocher
2) le pilote

le vélo au bout de la corde

Sentier intéressant si il n' y avait pas la broussaille
30 km et 290m de D+
Tracé TQR ( y compris prologue) : http://www.openrunner.com/index.php?id=7673846


Mercredi 19 Juillet

Inspection terrain suite à l'incendie de Saint Cannat/Eguilles


Le feu s'est déclaré Samedi après midi durant ma sieste de récupération. Un mégot au bord de la route, le mistral et, hop 700 hectares en fumée.
Dimanche, il y a eu quelques reprises, bien visible depuis les crêtes du Lubéron.
Lundi et Mardi, beaucoup de pompiers  tournaient encore dans le coin et ce mercredi, inspection des dégâts. C'est un coin où je roulais pas mal, à deux pas de chez moi.
Hélas, pas mal de dégâts. Après Vitrolles l'année dernière qui a ravagé un bonne partie 
du plateau de Vitrolles dont le fameux PilouTour bien connus des gens du forum xVTT, c'est au tour d'Eguilles et des alentours de la rivière "La Touloubre" que les dégâts ont été importants.
A promité d'Eguilles, les bories.
Les alentours immédiats n'ont pas brulé
Les pompiers devaient être positionnés sur ce parking.
Mais à un jet de lance plus loin, ça a cramé




Le bike park d'Eguilles a été épargné.


Un petit single qui était un incontournable pour la randonnée annuelle du vélo club d'Eguilles
avec en plus des arbres qui sont tombés dessus
3 jours après le début de l'incendie, un cultivateur continue d'arroser

Les bords de la Touloubre
Le sentier de pêcheur qui borde la rivière est épargné.
Par contre, un peu plus loin, c'est tout noir

Et tout ça pour un simple mégot balancé sur le bord de la route. 
Il y a vraiment des gens qui sont 100% bêtes et con(s)asses ( pour rester politiquement correct et respecter la parité ) 


Jeudi 20 Juillet/Vendredi 21 Juillet

La Roche des Arnauds/Ceüse

La température a baissé. Ce n'est peut être pas la peine d'aller haut et loin.
Et puis je n'ai pas envie de faire un truc trop dur. 
Sur VTTrak, je repère une balade côtée T2 qui fait un grand huit centré sur la Roche des Arnauds à une dizaine de kilomètres à l'Ouest de Gap.
Certes le descriptif annonce 70 km et 2600m de D+. L'auteur se garde bien de dire si il a fait ce parcours en 1 ou 2 jours. 
Pour moi ce sera en 2 jours en faisant les boucles du "Huit" à partir de la Roche des Arnauds

Tracé de référence : http://www.vttour.fr/topos/,1830.html

Premier jour 

Départ au Nord de la Roche des Arnauds en longeant le cours du Petit Buech franchi par un petit pont suspendu.
Petit pont suspendu au dessus du Petit Buech.
1 personne max sur le pont, c'est marqué. Le vélo était en surpoids mais c'est passé quand même

Passage ensuite au village de Rabou. Dans ce coin, hors des grands sites et des GR pas beaucoup de monde. Sauf à Rabou, où apparemment il y a une activité canyoning assez intéressante sur le Petit Buech. Encore un truc de plus à faire avant que je sois vieux.
Un peu plus haut, à la sortie du village, un parking rempli de voitures avec une majorité de combi Volkswagen, et des gars et des filles au look un peu soixantehuitard.
Au début, je pensais à une rave party dans le coin, mais curieusement aucun décibel acoustique n'arrivait à mon oreille. 
Après une bonne montée, le tracé redescendait au nouveau vers le Petit Buech, et là, j'ai retrouvé mes soixantehuitards en pleine cambrousse. Des tentes, certaines sous forme de tipis. En nouant langue avec l'une d'entre eux, j'ai appris qu'il s'agissait d'un rassemblement du Rainbow Family, mouvement international dérivé du hippysme ( rien à voir avec les canassons). Sans chef, sans gourou, le tout est basé sur le retour à la nature, la musique, la danse, l'amour, ...
Pas de règles, sauf que la drogue et l'alcool sont interdits ( exception culturelle française, le pinard est néanmoins autorisé).
Le naturisme est également banni, bien qu'ayant observé  quelques non conformité au règlement.

Dure montée pour après pour arriver  à la chapelle de la Crotte.
Encore des tentes, et des jeunes tout à leur affaire en train de creuser des trous. 
Là, c'est un chantier de  passionnés d'archéologie qui essayent de retrouver les restes de la chartreuse adjacente à la chapelle
La suite du parcours de déroule en forêt, donc à l'ombre pour arriver au col de Conode ( 1789m).
Chemin faisant , un troupeau de vache me voit et décide de m'accompagner durant la montée. Elles s'arrêtent au niveau de la clôture. Bye Bye les copines.
Les experts en vaches auront certainement reconnus des blondes d'Aquitaine et des tarines

Le Pic de Bure qui de loin surveille la progression


La descente du col de Conode se fait par un sentier tout en dévers pour arriver au col de Matacharre, avec pour toute bonne descente qui se respecte une remontée vers le col des Sérignons ( 100m de D+ sous la pédale).
Descente par un bon petit single à la Roche des Arnauds

Au loin , la montagne de Ceüse, objectif du lendemain

Première boucle du "Huit" bouclée.
C'était quand même du T2 assez costaud
Au total  40 km et 1600m de D+

Deuxième jour

Deuxième boucle du "Huit" vers la montagne de Ceüse
Le tracé passe  par le Pas du Loup, et le topo indique qu'il y a du "portage engagé" (sic) et "sujet au vertige s'abstenir" (resic)
Quelques photos illustrent le passage montrant des câbles  et effectivement de belles barres rocheuses.

Ne sachant pas trop, et par contre sachant qu'avec un vélo sur des vires rocheuses on est limite pataud, j'emmène par précaution un baudrier ceinture et une sangle en Y, spéciale voies ferrata.
En faisant l'impasse sur le précepte fondamental des viaferratistes, à savoir d'avoir en permanence un mousqueton accroché au câble, le Y semble un bon plan:
  • un brin pour moi, 
  • un brin pour le vélo,
  • et le brin restant pour le câble que je décrocherai à chaque passage de piton. 

Montée assez raide vers la montagne de Ceüse via des pistes et chemins
Au passage, je croise un VAE qui descend à pied un bout de piste. Le gars a des excuses car il a 83 ans.
Je lui demande : Et le pas du Loup, vous connaissez ?c'est comment ? Galette, me dit-t-il. J'en viens. Me voilà rassuré.
Arrivé à ce fameux pas, une première vire  ascendante avec un câble. C'est quand même assez étroit et il y a une petite  dizaine de mètres de vide . Comme j'ai le matos dans mon sac, je fais comme j'ai dit et je me sens plus en sécurité. Là en cas de chute, ce n'est pas où on s'arrête mais que se casse-t-on. Itou dans le cas où le vélo échappe des mains. 





Un peu plus loin, un deuxième passage, cette fois ci plus vertical : A la force des bras sur le câble, le vélo accroché suivant le mouvement.
Ouf ça y est on est sorti. 
Mais je pense que le gars que j'ai croisé m'a raconté des carabistouilles car je ne vois pas du tout un VAE là dedans, même si on a  83 ans.
Sortie du Pas du Loup avec encore tout mon équipement
Photo prise par un couple britannique faisant du geocaching et le "trésor" était juste là, caché sous les pierres du poteau



Petit extra pour aller au sommet de Ceüse (2016m)
Belle vue, surtout pour deviner dans quel sens on va être mouillé, car ça sent bien l'orage.
Le sommet de Ceuse

Les prairies de la face Nord de Ceüse



Descente en free ride dans l'herbe pour retrouver la trace. Descente un peu trop rapide car je loupe une bifurcation et m'embringue dans un sentier à flanc, certes balisé mais pas trop roulant. L'erreur est vite réparée et je retrouve le magnifique single  qui borde par le bas les fameuses falaises de Ceüse, bien connues dans le milieu des grimpeurs avertis. De belles descentes et aussi quelques remontées éparses.
Et évidemment l'orage arrive. De beaux coups de tonnerre et de la pluie. Mais heureusement durant pas trop longtemps.
Juste le temps de mouiller pierres et racines afin qu'elles soient plus glissantes et donc plus fun😐.

La trace se poursuit sur un tracé balisé, mais pas exempt de passages bien exposés en dévers, et là il n' y a pas de câble.
Une petite crevaison à 1 km de l'arrivée et on termine à pied.

Pour cette deuxième boucle : 35 km et 1370m de D+

Pour une randonnée cotée T2 sur l'ensemble des 2 boucles, c'est quand même un peu dur dur.



Mercredi 26 Juillet

A cause du mistral et de tous les incendies qui ont lieu en Provence, il est interdit de balader dans le coin.


Depuis très longtemps, en prenant l'autoroute entre Gap et Sisteron, j'avais remarqué une montagne sur la droite présentant une belle face herbeuse sympathiquement inclinée. Parfaite pour faire du ski ou du vélo.
Mais incapable de situer cette montagne sur la carte :
  • Montagne de Saint Cyr  faite il y a 2 ans: Sa face herbeuse est de l'autre coté. C'est pas elle.
  • La Montagne de la Mare faite il y quelques mois : trop loin et en plus sa face herbeuse n'a pas vraiment cette tête là.


Ne restait dans le coin que la crête de l'Âne à 1620m, et donc une vérif s'imposait.

Vite un coup de VTTrak pour voir un tracé référencé pas loin de là..

Tracé de référencehttp://www.visugpx.com/1391779976 où en fait, il manque une partie des altitudes:
Trace réellement faite ou simulée ? La réalité terrain par la suite laisse le débat ouvert.

Départ de Ribiers ( 10 km au nord de Sisteron). Le tracé est plus ou moins  le circuit FFC N°13, et c'est essentiellement de la piste pour monter .
La crête de l'Ane et son sommet herbeux


Arrivée au col Saint Pierre, puis au col de la Faïrotte, au pied de la crête de l'Âne. Bon poussage de 300 m pour arriver au sommet. et vérifier qu'on voit l'autoroute et que c'est donc bien à priori  le sommet spécifié.
Redescente par le même chemin en mode free ride. Excellent.



Le sommet de la crête de l'Âne vue de près ( 1615m)


et la montagne de Lure qui surveille les opérations

Poursuite du circuit, toujours sur la piste. En descente, c'est bien pierreux. Des petites pierres bien rondes favorisant le dérapage. Pas terrible car pas possible d'aller bien vite. Et en plus dans le tas, il y a des remontées.
Et pour finir  la trace de référence comporte quelques erreurs , d'où quelques petits  rebrousse poil de complément. 

Au sommet de la crête de l'Âne, j'avais hésité à poursuivre la crête et passer par le col de Blauge. Non documenté sur VTTrak, et en plus pas trop évident sur GoogleSat, j'avais préféré faire demi tour. En fait j'aurais dû. J'ai pas vu d'en bas si ça passe bien , mais le passage tendu (?) a l'air d'être assez court : A retenter, car à mon avis nettement plus intéressant que la piste.

Vu sur le parcours : un petit chiotte de campagne 

40 km pour 1560 m de D+, rebrousse poil compris