mardi 28 mars 2017

L'écho des singles : Hors série : De l'art du 0D+ : Épisode 3 et rapport final

L'après Morvan


Mercredi 22 Mars

Le trajet de poursuit  en suivant le GR213.
Ce GR suit scrupuleusement tous les coteaux du bord de l'Yonne en ne loupant aucune bosse ou vallon.
Joigny, très belle petite ville.


Malheureusement, pas trop de resto, donc sandwich de la veille tiré du sac.

81 km, 1300m de D+
Coucher à Sens.

Jeudi 23 Mars

Vu l'arrivée un peu tardive la veille à Sens, la journée commence par la visite de la ville ( cathédrale, Halles et demeures historiques).



Le chemin continue en suivant l'aqueduc de la Vanne.



Cet aqueduc prend sa "source" dans la rivière de la Vanne, affluent de l'Yonne.
Il constitue un des éléments importants pour l'approvisionnement en eau potable des Parisiens.
Le seul problème de cet aqueduc est qu'il suit consciencieusement​ lui aussi  les  vallons et les bosses sous forme de siphons.
Pas bon tout ça pour le 0D+.

Bien qu'ayant trouvé sur Internet une météo qui disait que si il pleuvait, ce serait vraiment minime, il se met à pleuvoir dru dès le début de l'après midi, et de façon soutenue.
Eau sur le dessus et boue sur le dessous.
C'est vrai qu'un petit garde boue light aurait été  le bienvenu. A penser pour la prochaine fois.

Arrivée de nuit et dégoulinant à l'hôtel à Avon (Fontainebleau)
Sympa la fille de l'hôtel. Elle met  mon vélo tout crasseux derrière le comptoir.
Fatigué, je ne prends pas le temps de me desaper proprement dans la douche.
Je laisse la chambre pas très propre. C'est pas sale, ce n'est que de la boue.

89 km, 1300m D+

Vendredi 24 Mars

Humide mais sans plus.
Poursuite de l'itinéraire sur les bords de Seine, toujours par le GR2.

Superbes baraques​ du côté de Samoreau, Samois.
Un petit diverticule du GR2 du côté de Seine Port est conseillé aux vélos ou par temps humide est signalé.
2 raisons suffisantes pour ne pas le prendre.
Effectivement sur le trajet original , pas mal de racines un peu glissantes et des trous (plein d'eau).
Mais la vue sur la Seine le vaut bien.

C'est la dernière étape et un de mes sponsors francilien  décide d'aller à ma rencontre en vélo sur le GR2.
Au bout d'un chemin, j'aperçois au loin un cycliste qui ressemble plus ou moins au sponsor sus-cité.
Je fais des grands gestes et crie : "La Jonction, La jonction".
Manque de chance, c'est un cycliste anonyme qui n'a pas l'air de bien comprendre de quoi  je cause.
Un peu plus tard, enfin,  mon sponsor  et la jonction est faite.

Un de mes sponsor

et moi


79 km, 950 m de D+

Samedi et Dimanche 25 et 26 Mars
Petite balade de récupération dans la forêt de Sénart et dans la réserve naturelle de l'Ormeteau à la limite d'un  grand centre d'émission pour les sous marins nucléaire.


Puis le lendemain dimanche,par super beau temps, balade dans Paris  en finissant le GR2
Passage dans les bois de Vincennes. En ce premier beau  week end de printemps, tous les parisiens étaient de sortie et celui ou celle qui ne joggait pas faisait un peu tache.
Fin au sommet de Paris, la butte Montmartre.



Retour en train à base de train Intercité et TER pour éviter d'avoir à démonter mon vélo : 9h30 de train et 2 changements pour pouvoir re enfourcher direct mon vélo à la gare de Vitrolles.
Mais non, Vitrolles Ventabren a été fait en voiture. Petit joueur. La voiture de ma sponsore préférée m'attendait en bas de la gare (avant les parkings payants)

Rapport final

Les données numériques

Parti le 8 Mars pour une arrivée le 26 Mars à Paris, pour un total de 1450 km et 19,8 km de D+.
Pour une randonnée qui avait pour objectif de faire du 0 D+, ça ne fait par rapport à la distance qu'une erreur de 1,3% sur la spec initiale. Donc dans la tolérance.

Le parcours  

Le début du 0 D+, en suivant le canal de Marseille, puis le canal de Carpentras  a été assez sympa.
La remontée de la vallée du Rhone par les chemins de halage est disons le assez chiante, surtout quand il y a du Mistral.
La Saone puis l'enchainement à travers les vignobles bourguignons est agréable.
Traversée du Morvan très bien, car très belle et variée et vraiment dans la France rurale.
La fin par les GR ( GR213 et GR2) est bien, surtout pour le GR2 qui a l'art de passer par de petits singles à travers les hameaux de l'Ile de France.
Dans le tas, il y a eu un peu de goudron, généralement le soir pour finir avant que l'hotel ne ferme et que surtout les  restos ne servent plus à manger.





Le parcours de précision décamétrique en mode TQR ( tel que roulé) est disponible ici :

Episode 1 : Ventabren Givors
Episode 2 : Le Morvan et ses environs : Partie 1    Partie 2
Episode 3 :Arrivée sur Paris

Le matos

J'avais pris pas mal de choses au départ pour cette hivernale, d'où un sac lourd (±9kg). J'ai renvoyé du Creusot, juste avant le mauvais temps, l'excédent de bagages.
Les moufles réexpédiées m'ont un peu manqué. Les sur gants en nylon que j'avais n'assurent pas vraiment l'étanchéité. En fin de journée, les gants sont trempés ( de pluie et pas de sueur)
Le goretex a un peu percé. Les chaussures neuves Mavic H20 Goretex ont toujours résisté ( avec quelques fuites au niveau jonction avec le pantalon) . Normal ce n'est pas le modèle hiver de cette même marque que j'ai estimé trop chaud pour ma région.

Le vélo, lui n'a pas bronché. Un peu de jeu dans la roue arrière, défaut bien connu des roues Roval 
J'ai quand même vidé en cours de route une burette d'huile pour pouvoir rouler en silence.
3 crevaisons au total, ce qui est relativement peu par rapport aux ronces sur lesquelles j'ai roulé dessus.



A la prochaine ( Massif central ?)