jeudi 23 mars 2017

L' écho des singles : Hors série : De l'art du 0 D+ Épisode 2

Poursuite du périple Ventabren Paris.
Pour les adeptes du "Droit au but", comme  à l'OM, le digest de la traversée du Morvan, temps fort de ce raid en mode 0D+ se situe en fin d'article.



Lundi 13 Mars
Poursuite de l'itinéraire en direction de Lyon, certes par des chemins de halage sans voitures, ma kiis en plein dans la banlieue chimique de Lyon (Feyzin, Arkema,..).
Pas mal de cheminées​ à droite et à gauche mais ça ne sent pas trop.
Arrivée à Lyon au stade Gerland, point de départ de la bien connue FreeRid   de Lyon, course annuelle de VTT dans les rues de Lyon.
Malheureusement, cette fois pas question de faire des ronds à l intérieur du stade comme à la FreeRide.
Il faut le contourner.
Traversée de Lyon par les berges du Rhône, terrain de jeu favori pour les jeunes joggeuses de Lyon.
Comme la  corniche de Marseille avec la Méditerranée en plus et le Rhône en moins.
Arrivée​ au parc de la Tête d'Or.
L'itinéraire se poursuit normalement vers la butte de Cuire et Caluire, mais je préfère faire un léger retour pour faire le tunnel de la Croix Rousse, avec une galerie spéciale pour la circulation douce, autrement dit pour les vélos et piétons. Et tout ça, sur plusieurs km.
Arrivée sur les bords de la Saône
Le début est un peu pénible car c'est de la route authentique avec des voitures.
Heureusement, les  chemins de halage arrivent, et là, c'est nettement plus sauvage que le Rhône.



Quelquefois, le chemin de halage plonge un peu dans l'eau. Il faut prendre la version haute du trajet.


Arrivée  à Mâcon
104 km et avec une altitude constante au micron près, tout du moins tel que je m'imagine le micron (joke destiné à mes anciens collègues de bureau)


Mardi 14 Mars
Poursuite de la remontée du Val de Saône.
Depuis tout petit je  pensais que le Mistral prenait sa source au Stade
Gerland. J'ai du réviser à mes depens ce
concept infantin. Petit vent du nord pour ralentir le rythme.
Coucher à Chalon sur Saône, avec visite à l'Elephant bleu. Ça faisait longtemps.

Mercredi 15 Mars
Une petite portion en 0D+ en suivant le Canal du Centre qui fait partie de l'EV6 Nantes Budapest (encore un truc dans mes cartons)

Au début pas beaucoup d'eau puis  les premières écluses. Mais pas de bateaux en train de naviguer.
D'ailleurs, que ce soit sur le Rhône et ses canaux  de dérivation ou sur la Saône, je n'ai vu aucune péniche ni pro ni tourisme.
Bizarre.
Peu après Chagny, bifurcation dans les vignes pour gravir quelques coteaux et donc quelques petites descentes.
Tout ça pour me retrouver au final sur le Canal du Centre.
Mais la Bourgogne profonde, ça me plaît : Vignobles et châteaux​.
Château viticole de Rully


Au moins dans ces villages on honore les vrais gens. Ça change des avenues du Général de Gaulle.

Suite dans les vignobles et prés.
Beaucoup plus gadouilleux.
Arrivée au Creusot.
Il fait tellement beau et chaud que j'en profite pour alléger le sac :moufles, sur chaussures ... et paquet cadeau à la poste. Près de 1.5 kg en moins.
Toujours ça de pris en espérant que la météo continue à être bonne.

Jeudi 16 Mars
Remontée de l'ancienne voie ferrée minière, vestige de l'ancienne activité industrielle de cette ville.
Remontée du Mesvrin, petite rivière, et rencontre d'un groupe de rubaliseurs/bombeurs qui sont en train de préparer une rando VTT pour Dimanche.
Mon parcours est un peu le leur, jusqu'à ce que j'arrive au niveau du parcours officiel de la Traversée du Morvan.

Allez hop on enchaine.
Le parcours est très bien balisé et varié.
Pas de singles mais des pistes intéressantes.
Mesvres, puis  passage par Uchon et ses rochers du Camaval pour arriver aux Étangs sur Arroux



Impasse faite sur le Mont Beuvray, cher à Arnaud Montebourg. La GTM ne passe par là.
Couché au gîte du Croux, gîte équestre paumé près de Saint Léger du Beuvray.
Pas de resto. Donc obligé de redescendre à Saint Léger.
Idem pour le petit déjeuner.

Vendredi 17 Mars.
Cette traversée du Morvan est très variée.
Alternance de forêts et de pâturages.
Le beau temps amplifie la beauté du paysage.
Passage à proximité de la source de l'Yonne, ce qui veut dire qu'orographiquement parlant, je suis arrivé.
On peut toujours rêver.
Un petit incident. Pendant mon plantureux repas de midi, une rafale de vent fait tomber mon vélo  et sous le choc casse le support GPS.
Aïe ! Élément clé de la navigation.
Heureusement, j'ai en spare le porte smartphone.
Pas  trop déco, mais cela me permet de continuer à naviguer aux instruments.


Quelques gués à passer, et le sommet du Haut Folin, à 901 m d'altitude, point culminant du trajet à 0D+.

Une belle antenne comme au Ventoux par temps de brouillard

Le Morvan est le pays des mûres.
Les chemins en sont bordés.
Mûres, donc ronces et donc crevaisons :
2 de suite aujourd'hui.
Un petit bout de route et couché dans un petit hôtel dans le vieux Château Chinon.
53 km pour 1500m de D+

Samedi 18 Mars

Fini le beau temps.
On se met en "Jurassic Tenue" (Goretex et tout le Saint Frusquin)
Et hop, une petite crevaison matinale pour mettre de bonne humeur
À l'heure du midi,  traversée de Anost, petit village qui a un resto ouvert.
Investi par tout un groupe de quadistes, mon crottage perso passe inaperçu et je peux manger au sec et au chaud.
L'après midi est plus calme, et je peux enlever quelques couches.
Un sommet à 740m, les sources de la Cure, affluent de l'Yonne, ce qui prouve bien qu'au niveau orographique, je suis bon.
Mais, bizarre, il y a toujours des montées et des descentes.
Couché à Planchez, où je recommande l'hôtel restaurant.
55 km pour 1430m de D+

Dimanche 19 Mars.

Il ne pleut pas, mais il y a un épais brouillard.
Et les chemins sont plus que boueux.

Beaucoup de lacs dans ce coin (Settons, Chamboux).
On sent bien l'humidité sous jacente


Le vélo en a pris pour son grade.


Mais bravo pour mes chaussures Mavic Goretex H20.
Faites normalement pour la TransAlpes, elles se révèlent très efficace pour cette Trans Morvan.

Arrivée à Saulieu
Hôtel puis station de lavage.
62 km , 1070 m de D+

Lundi 20 Mars

Fini l'hiver. Et je suis toujours dans le Morvan. La mention "Hivernale" pour cette traversée ne peut donc pas être retenue, surtout vis à vis de mes sponsors institutionnels, très pointilleux sur le sujet.
Le temps s'améliore et l'objectif de la journée est Quarré les Tombes.
Parcours très plaisant avec de vrais petits singles à travers de forêts​ de résineux bien denses.
Joli sous bois bien mousseux

Une nappe phréatique de surface, typique de la region


Passage superbe dans la vallée de Trinquelin et arrivée à Quarré les Tombeaux.
Effectivement pas mal hôtels, mais malchance, le lundi est jour de fermeture générale dans ce canton.
Obligé de faire en heures supplémentaires 20 bornes de route pour atteindre Avallon.
69 km , 1100m de D+


Mardi 21 Mars

Avallon est la fin de la traversée du Morvan.
Conscient que j'allais peut être louper quelque chose en ayant terminé par la route.
Aussi petit retour plein sud pour retrouver la fin authentique de la GTM.
Et effectivement la fin par la vallée du Cousin, le Crot de la Foudre et les singles près d'Avallon sont superbes et valent bien le détour.
La pluie commence à bien s'inviter.
Le parcours continue​ en suivant plus ou moins la Cure, mais à travers les coteaux vinicoles.
Arrivée sur l'Yonne, qui est à ce niveau un fleuve déjà conséquent.
Entorse à l'itinéraire initial pour arriver à une heure raisonnable à Auxerre en empruntant un peu de bitume le long de l'Yonne.

Synthèse de la Grande Traversée du Morvan

Cette traversée est donnée pour 325 km et. 5400m de D+ au total.
Il reprend en grande partie le chemin des Pèlerins qui relie Vézelay à Autun via Saulieu, haut lieux pour l'art roman bourguignon.
Un balisage spécifique est donc fait pour les pèlerins.
Je dis ça pour ceux qui voudraient avoir une justification mystico-culturelle pour faire cette traversée.

Elle est en général décrite dans le sens Nord Sud.
Sur le terrain, le sens Sud Nord est tout aussi intéressant. Il y a de belles descentes et des montées en proportion relativement douces.
L'itinéraire est très varié, surtout dans la partie Nord avec des nombreux lacs.
Les communiquants locaux parlent d'un petit Canada.
Alternance de prés à charolaises et de forêts. Bref, beau pour les yeux.

Les charolaises sont aussi fan de vélo que les tarines ou les vaches d'Hérens


Dans l'ensemble, pas beaucoup de plats.
Des coups de cul de 150 200m et descentes correspondantes.
Pas mal de boue, mais là c'est la saison, encore que vu la mousse sur les arbres, la saison sèche semble assez courte.
Au niveau logistique pas mal de gîtes le long du parcours mais pas trop référencés directement sur Google.
Question resto, là, il y a des manques.
Par contre, épicerie faisant aussi boulangerie et café.