samedi 13 août 2016

Petite rechute ou bonus c'est selon

Retour en Provence après mon périple à travers la France Orientale
Ciel, il fait chaud. Et le plus désespérant, ce sont tous les incendies à proximité de chez moi qui ont eu lieu durant mon absence ( et hélas ce n'était qu'un début).
Le trajet à travers les collines que j'empruntais pour aller au taf est brûlé en grande partie.

J'ai quelques jours de libres, et après avoir fait de nombreuses siestes réparatrices, j'ai envie de repartir.
En plus ma femme n'est pas là pendant une semaine.
C'est quand même ballot de rester à la maison.

Pas trop loin. En plus, j'avais pas trop vidé mon sac. Comme cela c'est plus facile à refaire.

Après avoir envisagé un bout d'Alpes, et plus précisément  le coin de Barcelonette où j'ai eu l'impression de passer à coté de beaucoup de choses, voilà que la dernière destination à la mode est le tour du Livradrois et du Forez près de Clermont Ferrand.
En mode GoFast (entendons nous : go fast à ma façon et sans came).
Environ 200 bornes et 5000m de D+ tel que prévu dans le topo

Sac allégé avec des vêtements en moins mais l'appareil photo en plus.
Pas le temps de changer les pièces du vélo qui ont morflé.On verra après.

Départ ce lundi d'Aubusson en Auvergne à proximité de Thiers, capitale du couteau, tout du moins pour ceux qui ne sont pas fabriqués en Chine. La nuit a été passée dans un centre FFCT.  Grand centre pour seulement 3 clampins, dont moi.
Ça en dit long sur la nombre de touristes à l'hectare dans cette région du Livradois.

Le circuit est extrêmement facile (toutes petites routes et pistes), hormis que pour l'instant ça monte plus que ça descend.
Amoureux de la technique, passez votre chemin.
Par contre, pour les accros du sauvage et de la France profonde, c'est parfait.
J'ai vu en tout et pour tout cette  journée de Lundi un couple de randonneurs  qui avait la bonne idée de couper les ronces expansionnistes et un vttiste. Et pourtant il faisait super beau et c'est le mois d'août.
Des petits villages de partout, certes avec pas mal de maisons reconverties en résidences secondaires.
L'effet pervers de tout ça, c'est qu'il ne reste plus beaucoup de bistro en activité, et quand il y en a un, je me suis senti un peu obligé d'y aller, tout ça pour sauvegarder le commerce rural.
Le balisage est pas terrible mais il y a le GPS.

Coucher à Saint Germain de l'Herm.
Entre le bal du village et les cloches de l'église qui ont sonné toute la nuit, pas beaucoup dormi😃.

Mardi, poursuite du circuit.
Toujours alternance de forêts et de vallons herbeux à travers des pistes.


Quelques pistes au hasard



Curieusement, pas trop d'animaux sauvages.
Des vaches oui, mais moins expansives que dans le Jura. Peut être à cause de l'absence de cloches.

Vers la Chaise Dieu et sa fameuse abbaye Saint Robert, un peu plus de monde.
Des pèlerins pour Saint Jacques ?
Petit casse croûte en face de l'Abbaye.
La patronne du resto est aussi une vttiste/vtciste au long cours (Arc alpin, Ecosse/Irlande). le temps de tout s'expliquer, le repas fut un peu long.
En fin d'étape, je renoue un peu avec les terrains boueux et les flaques. Ça faisait longtemps.
Couché à Chomelix
PK depuis le départ : 112 km

Mercredi, remontée vers le Nord à travers le Forez proprement dit.
Tracé plus varié et plus de monde.
Le Forez est riche en myrtilles et c'est la saison. Ceci explique peut-être cela.

La forêt, toujours la forêt 
Ce ne sont pas les lentilles du Puy, mais presque 


On grimpe en altitude, et l'effet de la burle locale commence à se faire sentir.
Kway et protections aux genoux, non pour les chutes mais pour le froid.
Couché au Col des Supeyres (1365m) au gîte des Gentianes.
Jeudi, montée au sommet du massif du Forez (Pierre sur Haute à 1634m) par les Hautes Chaumes.
Pareil, gants, surgants,kway et protections, tout ça pour le vent.


Tout ça pour le vent et le froid

Magnifiques paysages qui donnent envie d'y retourner en ski nordique l'hiver.
pas beaucoup d'arbres pour se planquer du vent



Petits coups de cul et grosses descentes.
Quelques passages ronceux en bas où j'ai un peu soulevé le vélo pour éviter de crever, retrait successif de toutes les pelures vestimentaires car au fur et à mesure de la descente, le vent tombe et les degrés augmentent.
Ça y est tour bouclé.
Tour magnifique pour les yeux et le sauvage de la chose.

Recouché au gîte de la FFCT.
Un peu plus de monde que la dernière fois, et rencontre d'un cyclotouriste de Grenoble qui m'a donné plein de mauvaises idées auxquelles je n'avais pas pensé.
À suivre donc ...

Les stat :
4 jours pour 230 km et 5100m de D+.Pour une fois à peu près conforme aux prévisions.



Tracé TQRhttp://www.openrunner.com/index.php?id=8137386