lundi 1 août 2016

Des Vosges à la Méditerranée : Rapport final

Ça y est c'est bouclé, bien qu'il ne s'agisse pas vraiment d'un trajet en boucle.

Le parcours

Parti le 20 Mai pour une arrivée le 30 Juillet après 3136 km en horizontal et 87 km en vertical positif, il est allé en crescendo :
Les Vosges (TMV) avec ses larges pistes, sans réelle difficultés dans la forêt profonde. Pas beaucoup de vue. Les rares passages en crête se sont passés dans le brouillard excepté pour le ballon d'Alsace.

La grande Traversée du Jura ( GTJ) a été  plus variée : Des forêts, des prairies, de la bouse, des crêtes et des sommets. Malheureusement le mauvais temps a un peu gâché le tout. On ne peut pas être bon partout.

La liaison entre le Jura et les Alpes, en attendant le beau temps a permis de traverser de beaux massifs, tels les Bauges et les Aravis et ne l'oublions pas, de rentre visite à mes sponsors familiaux.

Ensuite les Alpes à partir du lac Léman.
L'itinéraire proposé par le bouquin Glénat est très bien car sauvage et varié. En général piste plus ou moins dure pour monter et bonnes descentes.
La variante réalisée fait l'impasse sur Chamonix et les balcons des Aiguilles rouges. Mais le Val Feret et le versant italien du Mont Blanc valent respectivement leur pesant de cacahuètes surtout que cela m'a évité de prendre le Tunnel du Mont Blanc. Et pour couronner le tout , il a fait beau là où il devait faire beau pour la vue sur tous les 4000.

Beaufortain superbe malgré son col du Coin et son névé.

Traversée de la Vanoise superbe avec le beau temps qui allait bien pour se croire en pleine face Nord de la Grande Casse.

Massif du  Thabor et vallée étroite : Beau mais mauvais temps et pas trop roulant.
Queyras : La section la plus difficile avec le Col de la Noire à 2955m et atteint après 1200m de D+ et suivi d'une descente délicate.

Le secteur d'Allos la Colle Saint Michel magnifique sauvage et roulant.

Arrivée sur Nice : Itinéraire un peu improvisé. Cela aurait pu être mieux.

Ci dessous l'itinéraire TQR ( Tel Que Roulé)

Trajet Strasbourg Wissembourg en train non compté dans les km





J'ai vu quelques confrères dans la traversée des Vosges, aucun dans le Jura, et dans les Alpes, mis à part le groupe qui faisait une partie de la TransAlpes en mode assisté, je n'ai croisé  et je ne me suis fait doublé par personne hormis dans les quelques pistes de DH que j'ai empruntées. Que des randonneurs qui, pas cons ne s'étaient pas  encombrés d'un vélo.



Les traces GPS TQR ( Tel Que Roulé)

Découpées arbitrairement en 7 morceaux pour que ça puisse être avalé par Open Runner
Partie 0 : Strasbourg Aubure
Partie 2 : Morteau Faverges
Partie 6 :Peone Nice

Le pilote

Pas d'incident mineur ou majeur. Quelques versements sur le coté dans les chemins en creux
Dans les descentes j'avais les protections.
J'ai quand même laissé pas mal de kilos sur le bord des montées.

Portage/Poussage : 
J'ai relativement peu porté. La solution vélo sur le sac avec les roues à la main est bonne à condition d'avoir le sac assez solide.
Les sentiers à la montée étant relativement assez lisses, j'ai majoritairement poussé n'ayant pas trop besoin de lever le vélo pour franchir les pierres.
Au vu du poids de mon vélo j'ai estimé que c'était  plus reposant . Et puis les mauvaises langues diront que c'est un bon entrainement pour le déambulateur.

Le matos

Le vélo

A noter 0 crevaisons. De la chance. Il faut dire que la bouse n'a jamais crevé un pneu même quand les vaches bouffent des ronces.
Changement du pneu arrière en cours de route car je risquais de chopper un PV pour pneu lisse.

Plaquettes : Neuves au départ, un changement en cours de route. Changement à nouveau des plaquettes AV quelques km avant l'arrivée. Je donne encore 2/3 descentes pour les plaquettes AR. donc 2 jeux au total.

Roues : Changement des roulements de la roue avant car jeu vraiment considérable. La roue AR ne vaut guère mieux. D'après le magasin Spe de Briançon, c'est un peu un défaut congénital des roues Roval.

Suspension : Gros jeu dans le bras de suspension AR. Une bonne révision s'impose, ainsi que pour la fourche avant

Quincaille : Chaîne HS, galets de dérailleurs HS, et curieusement grand pignon AR HS 😂

Selle un peu égratignée par les crampons

Les fringues

L'équipement de pluie a été efficace. Seul regret : l'absence de passant pour le pantalon Mavic afin de bien assurer l'étanchéité avec les chaussures l'eau coulant dans les chaussettes. Le couvre sac et les sacs poubelles ont permis d'avoir tout le temps des affaires sèches en réserve.

Au niveau des pelures, il en est resté toujours au moins une en réserve dans le sac. Au mont Thabor, j'aurais bien puisé dans la réserve mais trop froid pour opérer le moindre changement en cours de route.

Gants : Il m'a manqué des sur gants étanches, les gants chauds que j'avais emmenés s'humidifiant très vite.

Les manques : Une serviette ultra légère car dans certains refuges et gîtes j'ai du faire l'impasse pour la douche. Egalement un drap de couchage hyperléger. C'est pas pour moi mais pour les autres qui ont couché après moi dans les couvertures.

Chaussures Mavic spécial  TransAlpes
Très étanches au départ elles ont un peu perdu au fil du voyage. Quelques crampons ont sautés sur la semelle.
Néanmoins très confortables et j'ai pu attacher les crampons dessus.

La navigation

Armé de 2 GPS, je ne me suis jamais perdu.
GPS Garmin
Le GPS Garmin sur le guidon allumé en permanence , quand je suivais un itinéraire préprogrammé a été d'une aide remarquable. Visualisation en temps réel des écarts avec le trajet théorique et donc rectification  immédiate.
Pas de problème d’étanchéité, et pourtant il en a reçu le bougre de la flotte.
Malheureusement, j'ai eu un problème de cartographie. La carte de France Région Nord Est achetée et téléchargée sur le site de Garmin  a rendu inaccessible les cartes que j'avais achetées auparavant dont les Alpes.
Evidemment je m'en suis rendu compte que quand j'étais dans les Alpes.
Demande de support à Garmin. Je vais essayer de régler le problème maintenant.
L'autonomie avec des piles AA rechargeables était d'environ 2 jours pour un fonctionnement en continu.

Smartphone Crosscall
A fonctionné correctement malgré la pluie. J'avais l'application Iphigenie avec les cartes IGN pour au départ des levées de doutes puis ensuite pour remplacer la déficience en carto de mon Garmin.
Néanmoins, comme déjà mentionné , autonomie limitée à une douzaine d'heure pour un écran allumé par intermittence.
Manipulation impossible avec des gants et fonctionnement hasardeux quand de grosses gouttes tombaient sur l'écran.
Quand cela a été de l'improvisation totale, j'ai néanmoins acheté des cartes papiers IGN (3) que je me suis renvoyé par la poste quand elles devenaient inutiles. Difficile d'avoir une vue d'ensemble avec un smartphone, même à grand renfort de zoom .

Rechargement des appareils 
La plupart des  refuges disposent à minima de panneaux solaires et mettent à disposition des prises électriques pour les recharger les smartphones. Seul problème, en général, on est pas tout seul à avoir la même idée, d'où parfois des débranchements sauvages et je n'avais pas emmené de prises multiples.
Quant aux aficionados du VAE, je vois mal dans certains de ces refuges alimentés par le solaire se pointer avec un chargeur de batterie de VAE.
Vu en cours de route un randonneur qui avait un petit panneau solaire pliable sur son sac et qui lui assurait la charge de son smartphone.


WiFi et réseau
Le réseau 2G a été présent à peu près partout (excepté le Beaufortain et le Queyras)
Pour la 3G/4G, cela a été beaucoup plus aléatoire d'autant plus que le tranfert vers les pays étrangers (Suisse et Italie) n'a pas fonctionné
Certains refuges avaient des accès WIFI , mais vu le nombre de gens la connexion était souvent impossible ou avec un débit inexploitable, d'où difficulté pour réserver les points de chutes suivants.

Appareil Photo
Un regret : Ne pas avoir emmené un vrai appareil photo, car avec le smartphone c'est quand même pas terrible

Logistique

Pas de problème de logement durant le mois de Mai et Juin.
Par contre, au mois de Juillet, cela a été plus délicat.
D'autant plus que sur Internet, tout est phagocyté par Booking.com ou TripAdvisor.
Pas trop facile de trouver des hébergements alternatifs. 
Je n'ai pas  essayé AirB'andB
La meilleure technique a été de récupérer les N° de téléphone des Offices de Tourisme, et sous réserve qu'ils soient compétents, ils proposaient de bonnes solutions.

Pas encore prêt pour faire du BUL ( Bivouac Ultra Léger)


.

Les projets dans les cartons

Il faudrait de gros cartons
On  cite dans le désordre :

  • La partie que j'ai loupé vers Zermatt et le Theodul Pass ( à faire plutôt en fin de saison)
  • La TransVerdon ou TransAlpes de Provence
  • La TMC  ( Traversée du Massif Central) bien que  l 'itinéraire officiel ne me plaise pas trop
  • La TransPyrennées
  • ou ce qui me plairait bien la TransLimousin avec extension vers le Massif Central Ouest ( Plateau des 1000 vaches par exemple)
  • ....

Remerciements

Je tiens à remercier mes différents sponsors qui tiennent tous à conserver l'anonymat. Pas facile facile d’être le sponsor de Michel Briend.
Je les désignerai donc par leur pseudo.

  • "MaFrangine" et "MonBeauf" pour leurs précieux conseils techniques sur Le Massif du Mont Blanc que je n'ai pas forcément suivi, l'hébergement et la machine à laver.
  • "MonFrangin" pour l'hébergement et l'organisation d'une étape avec le grand reporter sportif bien connu sous son pseudo "MonNeveu"
  • Le forum xVTT pour ses nombreux posts de soutien et d'encouragement
  • les membres du club de vélo de Velaux pour leurs commentaires sur le blog