samedi 30 juillet 2016

Etape6/ La dernière ligne courbe

Ayant change un peu de chemin, la ligne directrice est maintenant l'itinéraire du bouquin Integralp.
Pour les lecteurs inattentifs, j'avais lors des préparatifs jugé cet itinéraire beaucoup trop dur pour moi au vu du tracé et de la longueur des étapes.
J'avais quand même emporté les traces GPS au cas où, et donc j'ai mis tout ça dans mon GPS .
Passage par Valberg par route et GR, puis par le sympathique village de Beuil et ensuite vers le sommet du Pin Pourri.
Petit écart pour aller coucher au gîte de Roubion les Buisses.
Mardi, redescente au très joli village de Roubion pour aller à l'Office de tourisme et réserver le prochain point de chute.


Remontée du col de la Couillole pour reprendre l'itinéraire là où je l'avais laissé la veille.
Au Col, petit gîte. Dommage que je ne l'ai pas vu sur Internet. Ça aurait fait un bon point de chute au lieu de redescendre à Roubion.
Petit Perrier et discussion avec le patron qui semble s'y entendre en vélo.
Je lui expose mon itinéraire pour aller à Saint Sauveur sur Tinee.
Il me dit : "C'est la descente la plus dure de toute la Tinee. Avec votre sac, ça va pas être facile facile. Enfin c'est vous qui voyez".
En plus, il ne connaissait pas mon potentiel technique.
Je pars quand même. Au début, galette.
Piste dans de beau paysages et singles à niveau et à mon niveau.
Puis vient la descente. Effectivement très raide, avec pierres, rochers et cailloux. En plus, une petite queue d'orage humidifie le tout.
Vu le nombre d'arbres couchés sur le chemin, cette descente n'a pas l'air très populaire.
À mon retour je vérifierai ce que dit le bouquin au sujet de cette descente.
Bref environ 1000m de D- à côté du vélo.
Remontée ensuite par la route à Isola village pour aller à mon point de chute.
En fait c'est une colo qui conserve quelques lits pour les gens de passage.

Mercredi, montée à Isola 2000 par la route. Certes à côté il y a une piste de DH. Mais remonter 1200m de D+ la dessus, je le sens pas.
D'autant plus qu'une fois arrivé à Isola 2000, il reste encore 300m de D+ pour arriver au Col Merciere.


La montée est pas chouette, à travers les pistes de ski de la station.
Petit orage juste pour l'ambiance.
L'autre versant est dans le parc du Mercantour, mais ce chemin est autorisé au VTT.
Vu le temps maussade, de toute façon il ne doit y avoir beaucoup de gardiens en action.
Belle piste caillouteuse pour descendre au Col de Salese.
Ensuite, toujours dans le parc, la piste devient bitumée. Du charme en moins et de la vitesse en plus.
Couché au gîte du Boreon..
Jeudi, descente vers Saint Martin de Vésubie.
Les itinéraires proposés par VTTrak pour descendre ne semblent pas terribles.
Route pour aller rejoindre la montée au Col Turini.
Au passage je passe le cap des 3000km roulés.

Et dire que les bouquins de géo disent que la France fait 1000 km de haut.

Encore 1100m de D+ et 400m supplémentaires pour aller à l'Authion (2047m) et entamer une descente sur Breil/Roya.
Pas technique la descente, mais de superbes paysages. Du sommet, j'aperçois la mer. La fin est proche.
Après pratiquement 1600m de D- d'un seul coup, arrivée à Breil sur Roya à 250m d'altitude. Encore plus bas que le lac Léman.


Vendredi, départ pour Sospel via le Col de Brouis.
Arrêt déjeuner et halte à l'Office de tourisme de Sospel.
Pas très dégourdis, car mis à part de me dire ce qu'il y a sur Internet, pas grand chose de plus.
Je repars bredouille et part en direction du col de Braus ( attention à ne pas confondre les cols).
N'ayant toujours pas le couché assuré je fais l'impasse sur le projet initial de passer par le Pic de l'Ours et de descendre ensuite sur Menton.
Je préfère descendre par la route très jolie au demeurant pour essayer de trouver gîte et couverts en cours de chemin.
En plus je suis à des altitudes inférieures à 1000m et il fait un peu chaud chaud au pays de la ratatouille.
Finalement je m'en remets à Booking.com et trouve un hôtel dans le  très joli village perché de Peillon.

C'est bien là haut que se situe l' hôtel 


Hôtel et resto très BCBG.
Pas trop dans le moule. Mais c'est en quelque sorte le repas de clôture.
Visite le lendemain du village de Peillon  et changement de plaquettes AV car ça ne pouvait plus attendre et descente sur Nice. Pas vraiment trouvé un itinéraire intéressant sur VTTrak.
Descente à travers la banlieue de Nice en suivant le Paillon.
Pas très glorieux comme itinéraire d'arrivée mais j'ai un train à prendre.
Passage devant le port de Nice avec les ferries à destination de la Corse et qui semblent m'attendre.
Allons, soyons raisonnables. Ce sera pour une autre fois.

Puis arrivée sur la Promenade des Anglais.


Pour faire honneur, j'ai sorti ma tenue de soirée en plein jour



J'ai pas forcément le même type de bronzage que les plagistes et je me fais un peu remarqué. Ma seule peur était de me faire confisquer mon opinel avec mon look de terroriste (bien que rasé de la veille) par les nombreux policiers et militaires présents sur la Promenade.

Point GPS :

Et le petit resto pour fêter l'arrivée 

Malheureusement ils n'acceptaient pas les mecs en moule b....



Voilà c'est fini pour cette fois. TER vers Aix.


D'ici peu, je publierai sur le blog le rapport final de ce voyage en version reliée cartonnée, en espérant que le Service Qualité de mes différents donneurs d'ordres ne me mettent pas des bâtons dans les roues, ce qui est un peu gênant pour un VTTISTE même équipé en 27.5 pouces😂
Et peut-être que d'ici là j'aurai de nouvelles idées de conneries à faire.