dimanche 12 juin 2016

GTJ : Épisode 2

Mardi, départ de Morteau avec un temps incertain. Passage à l'éléphant bleu pour un nettoyage de routine.
Ce tronçon offre une variante qualifiée de sportive, ce qui veut dire que le trajet original ne l'est pas.
Donc variante par le Grand Mont et le Theverot.
Un petit orage matinal, histoire de se rafraichir et de mettre de la boue là où il n'y en avait pas.
Quelques montées bien raides en poussette.
Le topo annonçait des descentes costaudes. Vu le terrain glissant, j'ai mis coudières et genouillères qui heureusement n'ont pas servi.

Coucher à Pontarlier, capitale de l' absinthe.
PK : 1000 km ou 1 Mm

Mercredi, le département du Doubs est placé en vigilance orange.
Passage par la clue de Joux avec son château.

Après, petit orage du matin, puis un plus gros l'après midi et une bonne pluie en soirée mais là j'étais à l'abri.
Couchage à Metabief
Séance de séchage généralisé avec l'aide du sèche cheveux pour accélérer le processus.
PK : 1043 km
Jeudi matin, la météo annoncée n'est pas vraiment bonne. Elle n'est pas non plus franchement mauvaise.
Dehors, nuageux mais pas de pluie.
Décision prise de faire la variante par le  Morond et le Mont d' Or, vivement conseillée dans le topo à cause de la vue imprenable sur le massif alpin.
Le topo conseille aussi de prendre le télésiège.
Metabief est une grande station de VTT, mais en cette saison, le télésiège ne fonctionne que les WE.
Ça tombe bien car ça aurait été un peu contraire à ma religion de prendre un tel engin.
Une route monte au sommet.
Dommage que la station soit fermée car je croise une piste noire de descente avec un gap impressionnant de 4m environ, sans être de Marseille.J'aurais bien voulu voir des gugusses faire le saut.


Arrivée au sommet du Morond.
Heureusement qu'il y a un panneau pour expliquer ce que l'on doit voir.
Mont blanc, Eiger, 4000 suisses en pagaille.

De mes  yeux, je vois le Mont d' Or, prochaine étape.
Pas de pluie.
Descente à travers les prés où je fais un tabac auprès des vaches.


  • Il ne leurs manquent plus que la casquette Pernod Ricard pour encourager le coureur


Pas de pluie aujourd'hui mais terrain toujours très humide.
Rouler dans les prés où les vaches ont patassé les chemins en lâchant quelques bouses n'est pas très facile.
Passage par la source du Doubs qui ressemble au niveau principe à la Sorgue à Fontaine Vaucluse, c'est à dire que la source est une résurgence.



Passage à Mouthe, souvent cité comme le village le plus froid de France.

Coucher à Chaux Neuve.
PK : 1073 km


Vendredi, extraordinaire, ciel entièrement bleu.
Vraiment agréable de rouler sous le soleil.
Le parcours est assez facile et dépourvu de boue. Toujours des prairies, mais sous le soleil, ça paraît nouveau.

Arrivée à la station des Rousses.
Pour une fois le vélo n'a pas besoin d'être lavé.
Arrêt chez un vélociste car la suspension arrière commence à prendre un peu de jeu.
Ouf, pas grave. Ça peut rouler.

Coucher aux Rousses
PK : 1121 km.