lundi 29 juillet 2019

L'Echo des Singles N°28 Juillet 2019




Edito

Mois de Juillet caniculaire,  vigilances oranges et rouges en pagaille. Pas possible de rester à la maison, fenêtres et volets clos toute la journée. Vite, en altitude pour avoir de la fraîcheur (et des orages).

Zapping du mois:
Socrate se faisant tailler un short 
par un automobiliste indélicat

Quick Access






30 Juin 2019: Sentier des Moines au Morgon

Tracé de référencehttp://www.singletrack.fr/sentiers/,384.html
Pas très friendly cette référence car elle dit dans le topo que ce tracé est fait pour les quiches++


Il fait toujours aussi chaud à Aix.
Départ tôt le matin en voiture avec Marguerite depuis Aix et direction l'Abbaye de Boscodon (1150m), lieu de départ classique pour la forêt du Morgon.
Montée par la route bitumée qui va à la Fontaine de l'Ours (1580m). Pas beaucoup de débit pour cette fontaine, il faut être bien patient pour remplir sa gourde.
Quelques membres du forum xVTT avaient décidé d'aller de leur côté dans ce massif du Morgon également. Ne fréquentant pas du tout le même type de sentier, je pensais que les chances de les rencontrer étaient nulles.
Raté. J'ai croisé un dissident (Matteo), un peu dégoûté (?)de faire les 2500m de D+ prévus par ce groupe et qui s'est rabattu entre autre sur la fontaine de l'Ours. Je lui ai vivement conseillé le sentier des Pyramides dont le départ  depuis la fontaine de  l'Ours est plus que sympathique. Je l'ai vu revenir un quart d'heure après en  me disant qu'il y avait du portage  sévère sur ce sentier. Et moi qui était persuadé que ce n'était que de la descente. A vérifier dès demain matin.
Quant à nous, descente tranquille sur le sentier des Moines. Pas dur techniquement ( myT1Sup) mais franchement joli dans cette magnifique forêt du Morgon. Avec en prime la sensation de la fraîcheur.
10km pour 475 m de D+



01 Juillet 2019 : Sentier de Charance et des Pyramides au Morgon

Tracés de référence :

Après une nuit ( et un orage) au gite de Boscodon (04 92 43 00 50), nouvelle  journée en solo dans le secteur.
Départ par une piste jusqu'au parking du Grand Clot, avec quelques voitures de randonneurs qui partent gaillardement pour le sommet du Morgon.
Après, c'est une piste. Seul le 4x4 du berger dans le cirque du Morgon passe.
Arrivée aux  Portes de Morgon à l'entrée du cirque. Les habitants d'Embrun prétendent que c'est le plus grand cirque des montagnes françaises. A vérifier. Cette histoire me fait penser aux falaises de Cassis qui selon les personnes interrogées seraient aussi les plus hautes d'Europe.

Les Portes de Morgon à l'entrée du cirque
avec au loin le sommet du Morgon
En fait ce n'est pas le sommet le plus haut de ce cirque.
Mais vu de la vallée de la Durance, c'est lui qui apparaît en premier
( Effet Pelvoux des Ecrins)

Belle vue sur le sommet du Morgon. Il faudra un jour que je le fasse. Mais en mode petit joueur en partant de nettement plus haut que l'abbaye de Boscodon.
Montée ( en poussant)  vers le col de la Baisse pour aborder le sentier de Charance [Ref1].
C'est une descente, mais avant il faut contourner le Pic de Charance. Encore un petit portage à la clé puis de la descente pour de vrai.
Magnifique avec de belles épingles et de belles vues sur le cirque de Bragousse ( myT2Sup).
Le cirque de Bragousse

Arrivée à la fontaine de l'Ours qui n'a pas bougé depuis la veille.
On entame après le fameux sentier des Pyramides[Ref2]. Un début effectivement débonnaire, une petite descente, une remontée que les forts devraient pouvoir faire sur le vélo. Puis après ça se complique un peu. Succession de courtes montées où le portage est de rigueur. Heureusement les descentes sont faisables. Ce n'était donc pas la descente où on lâche tout telle que je l'avais présentée la veille à mon pote Mattéo.
On croise la piste de la montée, puis on enfile aussi sec le sentier de la Maniane[Ref3]. Là c'est un sentier balisé (Noir N°26) et ce n'est que du bon dans le sous bois (myT3).


Des petits singles bien cool dans la forêt

Au niveau des Charbonnières, rentrée directe sur Savines. La suite du Noir N°26 sera à faire ultérieurement.
Le coucher est prévu à Embrun. La route entre Savines le lac et Embrun est particulièrement dangereuse à ce niveau d'où un petit chemin de contournement le long du lac.
On longe le bord  par un sentier fréquenté essentiellement par des kite surfers puis une
traversée plus ou moins interdite des gravières de la "Routière du Midi". Le seul souci, c'est le torrent du Boscodon qui dévale depuis le haut du Morgon. Pas bien large, mais impossible de sauter avec le vélo. Donc pieds dans l'eau avec les chaussures car trop de pierres au fond et arrivée par une sorte de digue à Embrun.
Coucher à l’hôtel "Le Panoramique", un des moins chers d'Embrun ( 06 03 96 74 44)
40km pour 1490m de D+


Tracé TQRhttps://www.openrunner.com/r/10201485

02/03 Juillet 2019 : Vers le mont Guillaume


Vu d'Embrun, on a peine à croire que le sommet du Mont Guillaume est 1700 m plus haut. Il parait tout proche. Mis à part qu'il semble s'éloigner au fur et à mesure que l'on s'en rapproche.
Montée par la route et passage par les hameaux de Caléyère et de Château Caléyère. Pas beaucoup de château dans ce dernier. Juste une chapelle et un lavoir ( et une fontaine).
La route s'arrête à 1600m. Une bonne piste continue. On traverse les Fontaniers avec une source type goutte à goutte. Pas terrible en ce temps de canicule.
Un petit single à gauche, c'est le sentier Widman ( ou tout du moins un des sentiers Widman car en fait il y en a plusieurs).
Pour la petite histoire, Widman était un chasseur alpin d'origine suédoise au XIXème siècle. Il a voulu montrer à ses chefs que pour se déplacer sur la neige, les skis étaient nettement mieux que les raquettes.
Il est donc parti de la gare d'Embrun ( à cette époque, mon bon  monsieur, il y avait des trains) et est allé direct au sommet en ski. Puis est redescendu. Le tout en nettement moins de temps que moi.
Depuis ce temps là, les skis font partie de  la dotation pour les chasseurs alpins.

La chapelle des Séyères, avec cette fois ci une monstre fontaine. Bidons cul sec.

La chapelle des Séyères
Un bon point :la porte est ouverte
  au cas où l'orage péterait plus vite que prévu 

Le chemin se poursuit en direction du sommet. Le ciel commence à se couvrir sérieusement. L' heure avance aussi. Demi tour à 2230m.
On reprend le trajet de l'aller. Puis on enchaîne sur le torrent de sainte Marthe. Il ne fait pas partie des itinéraires balisés du Mont Guillaume. Ça descend ferme ( myT3) mais ça passe. Arrivé à la cote 1283 on rejoint une piste qui fait partie de la descente balisée N°4. Un VTTiste venu de nulle part passe. Comme il me voit chercher l'itinéraire, il me demande où je vais. Embrun ? Suivez moi, j' y vais. Dans cette partie sur piste je fais bonne figure et ne me laisse pas trop distancer. Je retrouve la route de la montée. Sauf que ce n'était pas trop l'itinéraire prévu. Mais comme l'orage arrive, on ne réfléchit pas, on descend fissa sur la route. Et juste un petit peu mouillé à l'arrivée.
Le lendemain, c'est le retour en train qui est programmé. Comme les trains en direction de Marseille se font de plus en plus rares ( merci la SNCF et ses lignes secondaires ) petit temps libre ce matin. On reprend la montée sur route pour reprendre le torrent de Sainte Marthe à l'endroit où je l'avais laissé la veille avec la rencontre du  vttiste de passage.
La c'est du plus costaud. L'Alp Epic est passée par là il n' y a pas trop longtemps et il reste des balises signalant des dangers potentiels. Si l'Alp Epic signale des dangers, c'est que c'est pas simple.
De beaux enchaînements d'épingles pour arriver dans les lotissements d'Embrun (myT4). Il aurait été vraiment dommage de louper cette partie.

Puis le retour en train, pour un arrêt à Meyrargues, terminus de la ligne. Car après la SNCF "modernise" le réseau. C'est aux cars de prendre la suite. Mais mettre le contenu d'un train dans un car, c'est sûr que ce n'est pas bien pratique. Surtout  quand on a la mauvaise idée d'avoir un vélo et que le coffre à bagages est plein. D'où 30 bornes de plus et en plein cagnard pour renter à la maison. Merci SNCF pour ta multimodalité  de m....


Mont Guillaume : Partie Supérieure




Mont Guillaume : Partie basse

Mont Guillaume :

  • Partie haute : 31km pour 1410m de D+
  • Partie basse : 12km pour 460m de D+
Traces TQR :

 06 Juillet 2019 : Montaiguet avec xVTT

Un lever aux aurores et à 6h du mat, en selle pour un Montaiguet à la fraîche avec le forum xVTT
10 personnes alignées sur la grille de départ que je n'ai pas beaucoup vu ensuite 😁
Du classique avec un petit extra pour contourner cette maudite  ligne SNCF en travaux  avec des grillages obligeant à quelques détours.
et à 10h aux voitures, avec la traditionnelle bière d'arrivée.Mais cette fois ci, pas de photographe pour immortaliser ce rituel.

26,5km pour 770m de D+


Pour ne pas encombrer OpenRunner, voir le CR de l'année dernière de cette même balade pour le tracé GPX.





10 Juillet 2019 :Lac des Sagnes et Fort du Cuguret


Traces de référence

  1. https://www.utagawavtt.com/randonnee-vtt-gps/Le-lac-des-Sagnes-480
  2. https://www.visugpx.com/1305580140


On débute  par le lac de Sagnes [Ref1]
Départ à partir du village de Lans juste au dessus de Jausiers.
On commence par prendre un morceau de route du col de la Bonette avec évidemment toute sa horde de cyclo-routards. 2km plus tard petite piste tranquille, les voitures prenant en fait une piste en contrebas pour accéder au lac. C'est dans la forêt et à l'ombre. Le chemin se rétrécit et va un peu plus haut que le lac, tout ça pour bénéficier d'une descente en free ride authentique sur le lac. Pas pris exactement le tracé de la référence car le début ne semblait pas terrible. A tort, car là, j'ai eu quelques passages pas top dans les herbes hautes.
Sur un replat, je m'arrête, je pose le pied par terre sans voir le trou qui était caché par les herbes et hop on tombe. Pas de bobos,  sauf que je me suis roulé en plein dans les orties avec mes manches courtes. Ouille Ouille.
Arrivée au lac assez herbeux.

Le lac des Sagnes
avec au fond la Tour des Sagnes


Puis poursuite à la lisière du Parc du Mercantour le long du torrent qui alimente le lac. J'avais bien repéré sur la carte où était la frontière théorique. Un panneau placé un peu avant cette limite déclare que le vélo est interdit. Sachant que les gardes du Mercantour ne sont pas très tolérants vis à vis des vélos, demi tour au panneau  pour éviter d'interminables  palabres sur la matérialité de la frontière et redescente par un petit single. Tout est facile et ludique (T1Sup excepté le free ride de niveau T2Sup)
27.5 km pour 750m de D+


Tracé TQRhttps://www.openrunner.com/r/10222918

Il est 15h30. Ce n'est pas une heure pour s'arrêter de faire du vélo. J'avais prévu un plan B en cas que [Ref2].
Un petit bout de route en voiture et c'est parti pour l'assaut du fort de Cuguret au dessus de Jausiers. Bonne piste pour monter.
A noter que des petits rigolos ont récupéré d'anciennes bornes kilométriques en ciment plâtré authentique pour les disposer sur cette piste. Au vu des libellés sur ces bornes, il semblerait qu’auparavant elles étaient sur la route du col de Larche.  Au fort de Cuguret qui se visite et qui sert accessoirement de gite, la référence [Ref2] part plus ou moins à flanc pour rejoindre la Condamine Châtelard. Trop long et surtout je risque fort d'être en retard pour l'apéro du gite.
On prend à la place le sentier piéton nommé "Sentier militaire" qui coupe tous les lacets de la piste et qui en plus  a des balises de VTT. Très bien. Un vrai bonheur. Du myT3 droit dans la pente qui me permet d’être à l'heure pour la sangria.
J'avais déjà été à ce gite de l'Eterlou à Faucon de Barcelonette l'année dernière (04 92 36 15 78).
J'avais dû laisser un souvenir impérissable car la patronne m'a de suite reconnu. Et aussi un client (de Ventabren) qui était également là l'année dernière. Avec mes dons de physionomiste, je n'ai évidemment reconnu personne.
9km et 612m de D+


Tracé TQRhttps://www.openrunner.com/r/10222935

11 Juillet 2019 : Les  lacs de l'Orrenaye et de Roburent à Larche



Traces  de référence :

  1. https://www.utagawavtt.com/randonnee-vtt-gps/De-Larche-aux-lacs-italiens-de-Roburent-7787
  2. https://www.utagawavtt.com/randonnee-vtt-gps/Les-3-lacs-du-col-de-Larche-2526



Le lac de Roburent ( en Italie) est un des devoirs de vacances que m'avait fixé un couple de randonneurs ( Michel D.) rencontré au hasard l'an passé sur une des pentes du Queyras.
Donc action et exécution !
Avant de s'engager avec celui qui m'avait imposé conseillé  cette randonnée, j'ai préféré faire une petite reco en solo pour voir comment c'était.
la [Ref1] qui part de Larche paraît ambitieuse. Il faut dire qu'après le lac de Roburent, le tracé descend en Italie jusqu'au village d'Argentera pour remonter par la route au col de Larche et se faire ensuite un bout de TransUbayenne. Bref du 1600m de D+ assuré.
Je me dit qu'on pourra toujours couper.
Départ du village de Larche. Le ton est donné : 250 m de D+ dès le départ en portage. Le topo disait "Court portage" ?. Après, ça se calme un peu le long du riou de Rouchouse. On croise la TransUbayenne qui passe par là. Quelques passages  sur le vélo mais je n'ai pas les cuisses pour monter jusqu'au col de la Gipière d'Orronaye ( 2482m). De la poussette donc.







Le col de la Gipière de l'Oronnaye
L'IGN et le panneau ne sont pas d'accord sur l’orthographe d'Or(r)onaye


Une petite descente jusqu’à  2330m (myT2Sup) puis à nouveau remontée dans le vallon de l'Orronaye avec le lac du même nom. Pareil,  rares passages roulants ( pour moi).
Le col de Roburent à la frontière avec l'Italie puis le lac après une petite descente. Il est effectivement splendide. Magnifique éclairage. Photos. Malheureusement, de retour à la maison, je m’aperçois que mon mon Canon sensé faire de belles photos ne marche plus du tout.

le splendide lac de Roburent

Superbe descente vers le lac de l'Orronaye que cette fois ci on borde de près. Quelques pécheurs.

Le lac de l'Orronaye

On arrive au torrent de l'Orrenaye avec sur la gauche un petit sentier sympathique mais qui n'est pas documenté dans les annales du VTT. On suit  alors scrupuleusement la [Ref2]. Dommage car cette partie haute de torrent est pas mal empierrée. Le hors tracé aurait été plus judicieux. Après, cela va mieux et on arrive directement à la route du Col de Larche. On ne réfléchit pas, on termine par la route pour rentrer à Larche

Si c'est à refaire, il faut partir du col de Larche comme [Ref2]. Ça fait toujours un peu de D+ en moins.
Ou alors prendre un bout de TransUbayenne  et rejoindre le haut du riou de Rouchouse. Mais ça reste alors encore une belle bambée.
24km pour 1048m de D+






14 Juillet 2019 : Randonnée du Pont du Gard


Rare rando organisée au mois de Juillet par chez nous. Le département du Gard n'a pas l'air d'être soumis aux mêmes contraintes que les Bouches du Rhône quant à l'accès des collines. Et en plus, situé en plein dans l'axe de la vallée du Rhône, le mistral souffle fort sur la terre desséchée.
Peu importe, Marguerite et moi partons de très bonne heure. Il y a une section "Marche Nordique" dans cette  rando.
Je pars en solo  pour le circuit donné pour le 35km. avec relativement peu de D+
Départ depuis Remoulins puis on passe sur le pont du Gard ( 1er étage seulement) .




 Il y a ensuite les restes de l'aqueduc romain correspondant. Le circuit est essentiellement du single bien tournoyant avec des passages entre les arbres peu larges. Le cintre ne passe pas toujours.
Pas beaucoup de D+. Juste des petites relances et quelques pierrailles pour secouer un peu. Pour être à peu près synchro avec la marcheuse du Nord, on shunte une petite boucle du circuit. Malgré tout, il y a 35 km au compteur à l'arrivée ( à cause des petits plantages en cours de route ?)

La trace GPS réalisée montre qu'en fait  le circuit est un gigantesque tas de spaghettis.
Vu à l'arrivée un tandem pour qui la maniabilité n'a pas dû être facile facile.

34km pour 520m de D+ et du myT2 pour la maniabilité


Tracé TQRhttps://www.openrunner.com/r/10241512

Jeudi 18 Juillet 2019 : Lus la Croix Haute : La Jarjatte et le Col de la Croix


Tracé de référence :  Sentier Jaune N°28 téléchargeable depuis https://sitesvtt.ffc.fr/sites/pays-diois/

Théoriquement, c'est un sentier balisé FFC. Il y en a comme ça dans le coin une série qui va du bleu au jaune en passant par le rose.
En fait de balises, il y en a quelques uns au départ. Ensuite, on n'en voit plus beaucoup. Ça commence par une belle piste en montée. Bien calme. On arrive au col de Priau (1548m) et la piste s'arrête d'un coup.
Depuis le col de Priau
Le sentier part de la prairie
Au loin le Grand Ferrand


Un bon single pas trop facile à trouver puis descente dans le ravin de l'Aiglaire avec de petites épingles à la clé (myT3) .
Ensuite piste jusqu'au Buech (1200m).
Longue et pénible remontée du versant Sud du Col de la Croix. Ça monte raide avec des pierres. Poussage intégral.
Arrivée en haut du col. En versant Nord, il y a une superbe piste d'accès au col. A savoir si on veut faire un jour  les croupes herbeuses de la montagne de Paille juste au dessus du col et qui de loin semblent propices au free ride.
Le col de la Croix
Le seul souci, c'est qu'il faut aller sur la crête herbeuse au fond
avec une descente montée supplémentaire


Une petite remontée sur une crête herbeuse ( sans nom) puis descente toute en traversée dans les herbes.
La descente dans les herbes


Ensuite, on tombe sur une grande piste sans grand intérêt.
Petite route qui amène à la Jarjatte. Moi qui comptais sur une petite buvette, c'est raté. Juste un tire fesse spécial trottinettes et vélos avec des minots qui descendent. Je me dis que cela ne doit pas être mal. Il y a peut être de la descente shapée. Loin de moi l'idée de me faire tirer par cet engin mécanique. On prend la piste qui rejoint le tire fesse le plus haut marqué sur la carte( 1520m).

La piste qui monte au sommet du téléski
Beaucoup plus intéressant que d'être accroché à une perche


Manque de pot, ce tire fesse n'est pas ouvert et il n' y a pas de sentier ( shapé). Descente directe par une piste de ski pas trop ludique d'autant plus que de grandes tranchées d'évacuation d'eau barrent cette piste. Il faut choisir l'endroit où ils ont mis des buses pour passer.
Après cette escapade, reprise du tracé par le sentier des Gardes. Au début, c'est une piste, mais massacrée par une exploitation forestière avec des ornières et surtout des troncs et feuillages en travers. Et dire que les gens d'en haut disent que le vélo abîme les chemins...  Portnawak 😁
Ouf la piste s'arrête et on entame le "Sentier des Gardes" ( selon l'IGN). Sur ce sentier les gardes n'ont pas intérêt à marcher en rang par 2. La file indienne est plutôt de rigueur.  C'est bien en dévers et parfois exposé. Quelques passages à pied, et en plus quelques montées et descentes pour brûler les joules restantes. Belle descente terminale ( myT4)

39 km pour 1500m de D+


Tracé TQR : https://www.openrunner.com/r/10284833

Vendredi 19 Juillet 2019 : Lus la Croix haute : Col de Grimone et col de Lus

Tracé de référencehttps://www.utagawavtt.com/randonnee-vtt-gps/La-Viere-Chemin-des-Templiers-Col-des-Pretres-Col-des-Aiguilles-19166

Dans les parages, il y a normalement un circuit FFC "Rose" ( mais classé Noir FFC, allez comprendre). Outre sa longueur, il a l'air de prendre de longues portions de route et semble friser le rébarbatif . On choisit un circuit un peu plus light ( tout du moins sur le papier).
Par rapport à la référence, on ne part pas du même endroit. Direct sur un parking de l'ex N75 (ou D1075 pour les fonctionnaires territoriaux en mal de reconnaissance à l'altitude de ~1000m).
Ça commence à monter de suite par une grande piste jusqu'à 1400m. Ensuite il y a des vaches et plus trop de chemin. Montée plus ou moins dre dans le pentu   au  col des Prêtres avec une bonne poussette à la clé.
Pas d'ecclésiastiques à ce col et pas terminé non plus car après une courte redescente il y a une croupe herbeuse à contourner encore par le haut.
Au fond le col des Prêtres qui vient juste d'être franchi 

Ouf, ça descend pour de bon par un petit single en sous bois ( Forêt de Jocou)  jusqu'au col de Grimone ( myT2)
Sympathique single en sous bois vers le col de Grimone.
Juste récompense après la montée


Ce col étant situé en bord de route, je m'attendais à voir un petit bistro pour routards assoiffés. Niet.
Longue piste plus ou moins plate ( qui fait partie des Chemins du Soleil) pour arriver au col des Aiguilles. 
Descente pas trop dure  mais assez pierreuse puis traversée d'une zone venant d'être déboisée avec pas mal de petites branches sur le chemin ne demandant qu'à s'empaler dans les rayons. Méfiance.
Une bonne remontée de 400m avec une piste bien raide surtout à la fin et le col de Lus ( 1497m).
Une petite source qui alimente un abreuvoir a tout l'air d'être potable. On boit car toutes les gourdes étaient à sec depuis longtemps. Et je n'ai pas été malade après.

Lors de la montée au col de Lus
Une belle roche plissée


Au début la descente est un mélange de piste et de singles jusqu'au col de Navite. L'IGN appelle tout cela le chemin des Templiers car en contrebas il y a les ruines d'une ancienne commanderie.
Malgré la mise en garde du topo de référence ( PK 6.8) , je prend un bout de piste tout nouvellement tracé, et rejoins l'itinéraire original via une petite montée supplémentaire. Voilà ce que c'est de ne pas avoir Utagawa en ligne (ou ne pas trop lire le topo avant)

Après c'est du single  et une descente assez pierreuse ( myT3) pour retrouver la  N75 à la Meyrie

Arrivée en soirée avec un magnifique éclairage sur la crête des Aiguilles au dessus de la Jarjatte

33km pour 1440m de D+

Mercredi 24 Juillet 2019 : La vallée du Drac : St Léger les Mélèzes le Cuchon et le Combeau

Toujours cette canicule qui fait la une des journaux.
Direction Orcières Merlette avec hébergement  à la station à 1850m d'altitude

Puis grave dilemne :

  • Faire du vélo dans le coin de la station en altitude, mais il n' y aucun arbre dans les alpages. Et c'est plein Sud. Et puis, comme ce coin est réputé, j'ai un peu peur des jeunes cadors qui risquent de débouler  sur les pistes en ayant aucun respect pour les seniors.
  • Ou alors la vallée du Drac. C'est moins haut (~1500m) mais c'est orienté Nord et il y a plein de forêts.

On commence par la deuxième option.

Tracé de référence  :https://www.champsaur-valgaudemar.com/ete/offres/combeau-saint-leger-les-melezes-fr-ete-2290822/ ( alias Sentier Noir FFC N°16)

Départ depuis la base de loisirs d'Orcières au bord du Drac. Après avoir longé le Drac dans le sens de la descente, remontée par un sentier bien raide à Serre-Eyraud pour rejoindre le tracé de référence.
Redescente en pente douce le long du canal de Gap. Ce canal est enterré   et alimente en eau potable la ville de Gap.

Le canal de Gap, totalement enterré
Seules quelques prises d'air rappellent qu'il est en dessous

Petite remontée pour atteindre Saint Léger les Mélèzes. C'est l'heure du midi et un petit bar à l'ombre est le bienvenu. Contrairement aux stations voisines, il n' y a pas trop de VTT organisé dans ce coin. Seul un loueur propose quelques VAE.
Un panneau indique une température de 37°C. On a beau être à l'ombre, il fait chaud et beau.
Remontée sur piste sous le sommet du Cuchon. La trace de référence ne passe pas par ce sommet "prestigieux". Petite variante donc, avec une bonne poussette sur piste pour atteindre le sommet (350m de D+). Quelques gouttes d'un orage de proximité viennent  un peu humidifier le sol. Pas de quoi mettre le kway. Juste goûter un peu de fraîcheur.
Petites portions en free ride dans les pistes de ski de Saint Léger. Sympathique, car c'est de la prairie sans trop de cailloux( myT2).
On reprend l'itinéraire de référence. Ça remonte encore par une piste. Un col. C'est la fin? Non encore une petite remontée pour atteindre la cabane de Tante Yvonne (dixit IGN) juste sous les pentes du Combeau.
Là ça descend pour de bon, mais toujours sur une piste à travers les alpages.
Vers l'altitude 1700m, on quitte la piste pour un single assez humide car l'orage était passé par là. Attention aux pierres et racines (myT2Sup). Retour a Serre Eyraud où on reprend le même chemin qu'à l'aller. C'est vrai que dans le sens de la descente ce chemin est pas mal ( myT3)
39.6 km. Le GPS a un peu foiré à un certain moment pour l'altitude ( Barre rocheuse juste au dessus). Le D+ corrigé (et estimé) est de 1710m ( au lieu des 1880m brut de fonderie)



Tracé TQR : https://www.openrunner.com/r/10287200

Pour cette balade, les médias avaient été prévenus . Sauf qu'il y a eu juste un petit malentendu sur la date. Ils (c.a.d Assebou de VTTAttitude/xVTT) ont filmé le parcours alors que j'étais déjà passé : 😀.
https://www.youtube.com/watch?v=hkne_yGfNDY&t=5s
Bonne vidéo et n'oubliez pas les kudos pour le vidéaste



Jeudi 25 Juillet 2019 : Les Mille Virages à Orcières Merlette

Tracé de référence https://www.cirkwi.com/fr/circuit/27533-itineraire-enduro-les-mille-virages
( Dans cette référence, il n' y a que la descente)

Après avoir longtemps réfléchi, on va jouer dans la cour des cadors et affronter le soleil. On va se faire la descente "Noire" Enduro des Mille Virages à la station.
Evidemment pas question d’emprunter un télésiège ou autre moyen d’assistance. On part en vélo depuis la station ( 1850m).
En vélo est un bien grand mot car assez vite, la piste raide se redresse encore au fil des kilomètres. L'avantage, c'est que ça passe loin des pistes de descentes VTT. Donc je n'ai pas été gêné par les cacous (expérimentés ou en devenir).
Effectivement, pas un soupçon d'arbre sur cette face exposée plein Sud. Mais l’altitude et une légère petite brise ne rendent pas la montée insupportable. Et ce qui me motive, vu qu'il y a plein de télésièges et télécabines qui montent au sommet du Drouvet, c'est qu'il doit y avoir certainement un petit ravito en haut.
Un VAE qui me nargue en montant la piste tout en sifflotant et à la fin, petite errance. Je suis obligé de prendre une piste VTT pour monter. Heureusement elle ne semble pas trop populaire et je monte sans encombre.
Le sommet (2654m) mais pas le moindre ravito/buvette. Juste le départ d'un tyrolienne, soit disant la plus longue d'Europe. Un peu comme le saut en élastique avec les mêmes hurlements  des participants mais en mode quasi horizontal descendant.
Le sommet du Drouvet 
et l'arrivée des lève culs 
Mais pas une seule buvette !
Les crêtes au sommet vers la Pointe des Pisses
avec un petit chemin qui paraît il que ça passe en vélo


Une petite piste rouge de descente bien shapée pour rejoindre le début des "1000 Virages".
En fait au lieu de descendre ça commence à monter un peu  et dans des sentiers tracés par des marmottes. Pas trop évident le début avec quelques passages légèrement exposés en dévers.

L'avantage, c'est qu'a priori ce type de sentier n'attire pas les cadors (excepté David alias "ilestbontoncafé" du forum xVTT qui selon Strava l'a faite il n' y a pas trop longtemps) . Personne tout le long de la descente .
Le début de la descente des 1000 virages avec le sentier taillé par les marmottes

Ensuite à partir du Roc d'Alibrandes, ça descend en vrai. Pas trop dur. Certes, les épingles ne se passent pas toutes et la fin est en sous bois bien agréable ( myT3)
Arrivée à la route au niveau du Drac à l'altitude de 1290m après donc 1350m de D- d'un seul tenant.
Et évidemment, je n'ai pas compté les virages. 1000 me parait cependant un peu gonflé 😀
Le seul souci, c'est que la voiture est 600m plus haut. On monte doucement en plein cagnard . Une petite Leffe au village d'Orcières et on attache le vélo à la balustrade du bar.
Et hop, un  coup de stop ( dès la 2ème voiture). Petit joueur, mais je ne me sentais pas de refaire toute la montée sur route avec cette chaleur. Pourtant pendant ce temps là à la même heure le tour de France s'enquillait Vars, l'Izoard et le Galibier. On ne doit pas boire la même chose.

21.5km pour 980m de D+ ( et 1410m de D-)


Tracé TQR : https://www.openrunner.com/r/10287219

Dimanche 28 Juillet 2019 : Petit biathlon par équipe mixte à Manosque


L'objectif premier de cette balade était de se baigner. Pas à la mer, car avec le fort mistral, cela devait cailler. Et en plus il y a des méduses.
Ces contraintes étant posées, direction le plan d'eau des  Vannades à Manosque, qui est d'ailleurs le théatre de vrais triathlons réputés.
Départ depuis la sortie de l'autoroute pour arriver par de petites routes et chemins au plan d'eau.
Bien agréable car il y a autour de ce plan d'eau des petits sentiers dans la forêt  à l'abri du vent et à l'ombre.
Et pour couronner le tout , la température annoncée de l'eau est de 28°C. Quoi demander d'autre. En plus c'est à priori très propre.
Après l'épreuve natation, ma coéquipière et moi reprenons les vélos en direction de Manosque.
Dommage d'aller à Manosque sans faire le Mont d'Or. Un peu de déambulation dans les faubourgs de Manosque pour trouver le chemin pour aller  là haut d'autant plus que certains  chemins mentionnés sur la carte sont en fait des copropriétés privées avec portail d'accès sans coupe file pour les vélos .
On finit par trouver la route qui mène à bon port. Mais ça monte raide.
Au sommet la fameuse tour en ruine qui est en fait le reste d'un donjon du XIIIème siècle.
Et pour les linguistes, le nom de Mont d'Or vient d'auro qui en provençal signifie mont à vent, ce que l'on a pu vérifier sur place


le donjon du sommet du Mont d'Or

Des petits singles partent un peu de partout. Je pensais que cela pouvait être un spot à DH.
Mais de retour à la maison, ça n'a pas l'air d être ça. Ce mont d'Or apparaît comme  ceinturé par des propriétés privées et les chemins  d'accès hors la route ne sont pas légion.
24km pour 350m de D+

Tracé TQRhttps://www.openrunner.com/r/10293747


vendredi 28 juin 2019

L'Echo des Singles N°27 Juin 2019




Edito

Ce mois de Juin on a donné dans l'international en faisant avec mon sponsor habituel la partie orientale de la mythique route européenne ( EV6) Nantes Budapest .
Ensuite canicule oblige, des petits tours dans les Alpes de chez nous pour avoir un peu de fraîcheur.


Quick Access




DateParcours km    D+    TQR
30/05
13/06
11273920
19/06Espinasses- le Mont Colombis
241200[X]
21/06la Haute Bléone
20890[X]
24/06Le Queyras : La crête de Glaisette
18850[X]
25/06le col des Ayes et le col de Néal
231250[X]
26/06Vallée du Rabioux
241120[X]

30 Mai -13 Juin 2019 : Nantes Budapest Acte III


Le Nantes Budapest par itérations successives avec mon sponsor institutionnel   continue.
Pour moi, il s'agit du 3ème acte ( Cf Actes précédents :[ I ]   [ II ]). 

Pour mon grand frère (alias sponsor)  le numéro de l'acte avoisine (ou dépasse?) celui des manifestations des Gilets Jaunes. Personne d'ailleurs ne sait exactement combien il y a déjà eu d'actes au total pour cette itinérance.

Pour cette fois ci, 2 parties :
  • Un prologue par équipe entre Mulhouse et Montbéliard,
  • Puis la partie Europe Centrale en duo.

et  l'Euro Vélo 6 qui est toujours le fil directeur pour cette itinérance.

Comme pour les éditions précédentes, je prends mon VTT. Ce n'est pas vraiment le type de vélo adapté mais au moins, je pourrai faire quelques variantes affriolantes et surtout monter et descendre les trottoirs en ville, sans parler de petits escaliers dans certains coins.

Cette itinérance est également documentée dans le blog de mon sponsor :


Jeudi 30 Mai : Prologue Mulhouse Montbéliard


Petit prologue en Alsace en mode 3 Génération avec le benjamin ( 10 ans), sa maman, son grand père et moi, son grand oncle.


Le team au départ de la gare de Mulhouse
Toute la gare est au courant que cette équipe est taillée pour du lourd  
et que ça va envoyer sévère

Pour le benjamin , c'est sa première en mode itinérant. Le parcours entre Mulhouse et Montbéliard  est idéal. Entièrement en voie propre bitumée sur les chemins de halage du canal du Rhin au Rhone où les seuls véhicules autorisés sont ceux des éclusiers de la VNF ( Voies navigables francaises) qui vont d'écluse en écluse pour diriger les manœuvres des bateaux de plaisance. Autant dire que le trafic n'est pas très dense.
Il faut cependant être un peu méfiant, car en ce grand weekend d'ascension,  le trafic cycliste est important  et il faut veiller à bien rester sur sa droite sous peine de coups de sonnette  où de vociférations de la part de cyclistes sous l'emprise de Strava.
Géographiquement parlant, le canal du Rhin au Rhone relie le bassin rhénan au bassin rhodanien.
A partir de Mulhouse, on part de 238 m pour atteindre quelques dizaines de kilomètres plus tard  le seuil de partage des eaux de Valdieu Lutran à 347m d'altitude. Puis on redescend doucement verts Montbéliard.
C'est sûr que la pente n'est pas très raide  sauf au moment des écluses ou il y a des pentes signalées entre  8% et 10% mais qui ne durent que quelques mètres😃.

Une des nombreuses écluses du canal du Rhin au Rhone

Arrêt intermédiaire au gite Bairet de Saint Bernard (06 30 57 12 09 très bien mais il est assez connu et il faut réserver avant)
La sieste sur la bâche ayant servi à emballer les vélos  pour la SNCF version suisse
est un élément clé de ce prologue

L'itinéraire entre Mulhouse et Montbéliard est parfaitement balisé, 
y compris les différentes commodités.
Il ne manque plus que la note sur TripAdvisor et ce serait un sans faute 

Pendant les siestes ou autres activités de mes coéquipiers, petits extras pour justifier l'usage de mon VTT.
Un petit tour au dessus d'Illfurth avec sa chapelle saint Brice et son cimetière militaire allemand (Première guerre mondiale)  puis 150 m de D- en petit single pour finir.
Un autre petit tour sur le sentier historiques des Bornes de la Principauté de Montbéliard datant du XVème siècle

Une des bornes de la Principauté de Montbéliard
(XV-XVIIIème siècle)


 Fin du prologue par équipe et retour en train vers Mulhouse 



Dimanche 1er Juin : Train 

Toute la journée est consacrée au voyage en train de Mulhouse à Ingolstadt à proximité de Munich
La solution vélo + train est très populaire en Allemagne et est donc organisée en conséquence.

Les Allemands et la multimodalité 
Contrairement à chez nous, chez eux c'est du pour de vrai



Lundi 2 Juin et suivants : Le Danube en Allemagne

Reprise du cours du Danube là où l'acte II s'était terminé à Ingolstadt ( pas trop loin de Munich)
Vaste plaine du Danube à travers les champs. Une balise propose une petite variante par rapport à l'EV6 qui sur le papier parait intéressante car elle suit au plus près le Danube. Manque de chance, c'est un passage en gorges du Danube et la solution indiquée consiste à  prendre le bateau. Comme c'est Dimanche, la queue pour prendre le bateau est respectable. On revient sur l'EV6 traditionnelle. Quelques petits raidillons pour surmonter les falaises mais dans du sous bois bien agréable.
Un petit champ de houblon. 
Ça sent bon la binouze 


Passage par Ratisbonne avec sa magnifique cathédrale gothique 

La place centrale de Ratisbonne
(Regensburg pour les locaux)
et sa cathédrale


Un petit déjeuner typique allemand à Straubing
On n'est jamais trop prudent : On conserve le casque
pendant le repas


Arrivée à Passau
C'est fou ce que l'on peut faire avec des caisses de bières


Passau : 2 hits à ne pas manquer :

  • L'église avec ses orgues de réputation internationale ( orgue d'église la plus importante du monde hors USA au niveau des tuyaux et des registres)


La cathédrale Saint Etienne de Passau

et ses orgues renommées



  • La confluence entre 3 rivières : Le Danube, l'Inn et l'IIz

L'Inn est un affluent qui vient direct des Alpes Suisses tandis que l'IIz prend sa source à la frontière tchèque.
Théoriquement, chacun de ces cours d'eau a une couleur distincte qui se mélange au niveau de la confluence. Pas trop constaté sur le terrain.





La confluence entre l'Inn et le Danube
En fait l'Iiz est assez petite 
et ne rentre pas dans la photo
Le Danube est légèrement en crue et on ne peut pas aller où on veut


Pour les passionnés d'hydrographie, le bassin versant du Danube, deuxième fleuve européen par sa longueur  (après la Volga) représente une surface de 800 000 km² ( à comparer avec le bassin du Rhône qui est seulement de 100 000km²) . En Autriche de nombreuses centrales électriques parsèment le fleuve avec en accompagnement des écluses géantes ( et double voie) pour les bateaux.
"Die Grünen"oblige, il n' y a pas de centrales nucléaires sur les rives. Elles sont situées plutôt en Roumanie.

En Hongrie, la largeur mesurée du Danube au GPS est de 500m environ.


La citadelle Veste Oberhaus dominant Passau
(XIIIème-XVIIIème)

Mais pour y aller la pente est raide
Là, j'apprécie le VTT



Passau vu d'en haut



et Passau vu d'en bas derrière le mec qui s'est mis devant 
et qui a tout gâché la photo


Mardi 4 Juin et suivants: Le Danube en Autriche

Passage un peu fastidieux de Passau jusqu'à la frontière autrichienne. Pas mal de voitures sur la route.
A la frontière avec l'Autriche, on quitte cette route et on prend une piste cyclable magnifique.
En fait, la frontière n'est pas vraiment  signalée et on la passe s'en trop s'en apercevoir. C'est le paysage qui change d'un coup. La vallée est beaucoup plus encaissée, le Danube fait des méandres et la piste qui le borde  est magnifique.
Petite extension vers le sommet de Steinerfelsen ( 543m). N'ayant pas de cartes précises du coin, on y va un peu à l'estime. De la bonne poussette droit dans la pente à travers la forêt. Pas arrivé vraiment au sommet car un peu rocheux à la fin. A la descente, je trouve un chemin sympa qui descend.
Les ponts dans le coin ne sont pas trop fréquents. Et les 2 rives sont parfaitement fréquentables par les vélos. Aussi, il existe un nombre importants de petits bacs, soit pour piétons et cyclistes exclusivement, soit pour quelques voitures en plus (1 ou 2). Ces bacs sont assez utilisés car comme chacun le sait, c'est un peu comme l'histoire de l'herbe pour les vaches,  la rive d'en face semble toujours plus mieux.

Un petit bac pour vélo et piétons





Le Danube qui petit à petit s'agrandit

et pourtant il reste 2153 km pour atteindre la mer Noire


Très bien organisée cette piste cyclable
Une pompe ( avec manomètre) 
et différents outils ( clés plates, Allen...)
attachés à des câbles pour pouvoir réparer sur le champ


Coucher au gite de Mauthausen ou la tenancière a l'habitude des touristes. Elle propose à tout va de faire des photos dans l'entrée de son gite et ça donne ça :


Oui, oui, ne vous en faites pas 
je cadre dit la tenancière
toute contente de faire la surprise
et en plan large, ça donne ça



Montée au mémorial de Mauthausen, triste mémoire et descente par un petit single

Le mémorial de Mauthausen



Plus gai, une brasserie typique à Mauthausen


Visite au musée du vélo à Ybbs. Pas pu résister de tester un grand bi en mode home trainer 






Autre passage obligé, la gigantesque abbaye de Melt, en baroque rococo authentique


Les autrichiens ont pensé aux cyclistes : 
garage à vélo et placard sécurisé pour le sac à dos et le casque 
afin de  pouvoir visiter l'abbaye avec la sérénité requise




 La cour intérieure de l'abbaye
Une des façades


et la chapelle attenante en style très light

Après la visite de l'abbaye qui donne bien soif , traversée de la région  de Wachau avec ses vignobles produisant de petits vins blancs réputés (Riesling et Grüner Veltliner)
La route du vin à Wachau




Attention, les autrichiens sont très prudents
A 10% de pente, le risque d'OTB (soleil pour les non initiés) est grand

Encore quelques coups de pédales et nous voilà arrivés  à Vienne. Très grosse ville avec beaucoup de touristes 
Une visite éclair du centre ville en loupant le Château de Schönbrunn, résidence d'été des Habsbourg, un peu l'équivalent de notre Versailles. Trop loin pour le temps qui reste. A faire une autre fois.



Un des palais de Vienne

et ses rue commerçantes

Et à Vienne, à la place des rickshaw, on a des voitures à chevaux 
avec des charretiers qui se veulent authentiques.
Je ne les ai pas cependant entendu jurer 

et actuellement à Vienne une superbe exposition sur Picasso et Monet




Mardi 09 Juin et suivants : Le Danube en Slovaquie et en Hongrie

Au départ, il avait été convenu que notre périple  s'arrêterait à Vienne et que la suite ferait l'objet d'un acte supplémentaire. 
Mais vu la difficulté d'apporter par le train  ses vélos aussi loin de la maison , et vu qu'il faisait un super beau temps, on a décidé de continuer.
En route donc vers Bratislava, capitale de la Slovaquie.
On quitte Vienne, et par de bonnes pistes bitumées bien lisses direction Bratislava. C'est le début du week end de la Pentecôte et il y a beaucoup de monde sur ces pistes réservées aux vélos. Curieusement certaines sections sont autorisées aux rollers. D'autres non, sans raison apparente.
A ce niveau, le Danube comporte pas mal d'étangs latéraux et c'est le rendez vous des moustiques.
En vélo, ça va. Vu la vitesse de l'attelage, les moustiques n'ont pas le temps de s'accrocher. Mais dès que l'on s'arrête pour une raison ou une autre, aïe aïe. Les pauses sont donc très courtes. 
Des petits lacs bordant le Danube
Au niveau de l'échelle, il y a  sur cette image 10 moustiques par pixels

Puis en cours d'après midi la Slovaquie


Là, cette fois ci on a bien vu la frontière 


Bratislava, capitale de la Slovaquie. Jolie petite ville de 400 000 habitants environ à l’extrémité Sud des Carpates occidentales.




Le château de Bratislava




ses rues  





et ses restaurants
Je suis en tenue de soirée:
Honneur au forum xVTT

Après Bratislava, on longe et on alterne le long de la frontière slovaquo-hongroise. A ce niveau, l'EV6 se dégrade nettement. Moins de pistes cyclables. Le revêtement est incertain, ou encore la piste a été submergée par des crues récentes du fleuve, d'où troncs d'arbres et obstacles divers. Pas pu prendre des photos, car dès l'arrêt, les moustiques se mettaient à bosser dur.
Dans ces conditions, les cyclo-touristes sont en nette régression sur ce parcours.




La Hongrie




et son poste frontière abandonné





Là, plus question de faire du roller sur cette portion d'EV6

Des cigognes alsaciennes
profitant de l'espace de Shengen pour voyager





Gyor, une des grandes villes de Hongrie


et son église baroque

La Hongrie n'est pas dans la zone Euro. C'est le forint (ft). Moins fort que l'euro, cela donne pour les étrangers comme moi des prix assez avantageux sans avoir besoin de convertir ses sous en monnaie locale.
Le touriste se faisant rare dans cette partie slovaquo-hongroise, l'anglais ou l'allemand n'est pas bien compris.
Et la langue écrite et parlée est absolument imbitable.


La pierre de rosette du coin 
pour essayer de comprendre
 la langue slovaque et/ou hongroise

Heureusement la solution est au verso 



Petite anecdote : Depuis que la Hongrie est dans l'Union européenne, les alsaciens n'ont plus le droit d'utiliser l'appellation Tokay pour leur vin blanc. Car ce cépage est d'origine purement hongroise. A la place, pour l'Alsace, on doit donc employer le terme  de pinot gris.

A proximité de Budapest, l'EV6 reprend bonne forme et longe les berges du Danube, très prisées des Budapestois.


et enfin l'arrivée au Parlement de Budapest

et mon sponsor,  fier comme Artaban de déballer sur le champ sa pancarte qu'il a transportée tout le long du parcours
L'objectif Nantes Budapest par itérations est donc réalisé!💪




et immédiatement à 1000 km de là, l'équipe du  benjamin du prologue félicite leur grand père par vidéo interposée.
Que c'est beau Internet😀

Budapest est en fait l'union de 2 communes de part et d'autre du Danube ( Buda d'un côté et Pest de l'autre)
1,7 millions d'habitants. La circulation est dense à l'intérieur avec de très grands axes où se mélange pas toujours de façon heureuse, taxis, bus, trams et vélo. Heureusement il reste les trottoirs pour rouler à peu près zen.






L'église Mathias ou Notre Dame de l'Assomption sur les hauteurs de Buda
Encore un bourguignon qui s'est perdu par là

Vue générale de Budapest
Comme déjà indiqué, à ce niveau le Danube a 500m de large

Actifs, les petits gars de Manosque:
Présents en plein Budapest


Puis retour en train de Budapest à Rognac en passant par Salzbourg. 2 jours complets en Intercités/TER pour rentrer à la casa

La synthèse

Pour mon sponsor, Budapest marque le point final du trajet Nantes Budapest par l'EV6 en itérations successives, commencé il y a environ 8 ans.
Pour ma part, je n'ai fait intégralement que la partie Suisse/Allemagne/Autriche/Slovaquie/Hongrie et des bouts épars en France.
En fonction des échos que j'ai entendu, et sans être chauvin, la partie la plus intéressante est la partie française. 
La section Loire ( que je n'ai jamais faite) est unanimement reconnue comme un must, tant au niveau de l'équipement que au niveau plaisir des yeux avec tous ses châteaux ( et vignobles pour le plaisir du palais)
Ensuite, la partie française  suit essentiellement divers canaux avec leurs chemins de halage où  la tranquillité est garantie.
Arrivé en Suisse, ce sont les berges du Rhin, assez industrielles par endroit  avec certes des pistes cyclables mais bordant souvent de grands axes.
Le lac de Constance et la montée au seuil du partage des eaux entre mer du Nord et mer Noire est magnifique.
Puis le Danube. Le voisinage de sa source est intéressant. Ensuite, il s'élargit et le circuit passe par de vastes  plaines où on se croirait en pleine Beauce (avec des pistes cyclables cependant)  
La partie autrichienne incluant Bratislava est magnifique. Très bien aménagée la vallée est plus encaissée dans les Carpates occidentales. Les pistes cyclables, contrairement à celles de notre cher pays sont propres, balayées et exemptes de gravillons ou autres saletés.
La dernière partie après Bratislava est plus quelconque, surtout à cause de la circulation sur des axes importants.


Cela donne un avant gout de ce qui se passe après Budapest selon le récit de divers explorateurs ayant poussé jusqu’à à la mer Noire ( exception faite des Portes de fer en Roumanie dans les Alpes de Transylvanie). Cette dernière partie ne figure donc pas dans mon  plan quinquennal des itinéraires à vélo. Mais cependant, rien n'est gravé dans le marbre.

Pour cette dernière section, nous avons eu une chance inouïe :  5 gouttes de pluie ne nécessitant pas le kWay. Assez chaud avec de façon générale un petit vent d'Est/Sud Est qui certes nous a empêché de faire des "PR"/"KOM" sur Strava mais qui a soulagé l'impression de chaleur ( ~32°C l'après midi).

Et une seule crevaison ( mon sponsor)  à déplorer dans les tout derniers kilomètres.

Comme d'hab, le GPS est chaudement recommandé surtout dans la partie slovaquo hongroise où il y a quelquefois des "trous de balisage".


La cartographie du parcours

Attention : Vu la faible pente générale du parcours, on est un peu dans le bruit du récepteur GPS quant à l'altitude. Les D+ ne sont donnés qu'à titre indicatif et ne sont en aucun cas contractuels

1)Le prologue Mulhouse Montbéliard

 
 

91km pour 620m de D+

  2)Ingolstadt(Errsgaden) Inzell





291km pour 1300m de D+
Tracé TQR : https://www.openrunner.com/r/10121132

3)Inzell Vienne





345km pour 1200m de D+
Tracé TQR :   https://www.openrunner.com/r/10121339

4)Vienne Budapest





400 km pour 800m de D+
Tracé TQRhttps://www.openrunner.com/r/10121429

soit un total de 1127km pour 3920m de D+ (avec les warnings d'usage pour le D+)

Logistique/Hébergement

Toutes les infos sur le transport en train, les hébergements et les notes sur TripAdvisor sont disponibles sur le blog de mon sponsor


Mercredi 19 Juin : Espinasses- le Mont Colombis

On reprend le quotidien. La température a singulièrement monté. Obligé de s'expatrier en hauteur pour ne pas suffoquer.

Tracé de référencehttps://www.utagawavtt.com/randonnee-vtt-gps/Espinasses-Colombis-11904

Départ du village d'Espinasses même en bordure du bout du lac de Serre Ponçon.

Espinasses a un très beau cadran solaire


Le mode d'emploi du cadran solaire
Les variations dues à l'équation du temps ne sont pas représentées sur le cadran


Le début est sur une petite route. Au PK 5, la trace diverge un peu par rapport à la piste pour la rejoindre un peu plus tard. Variante intéressante ou résultat d'une petite errance?  On continue sur la piste. Le point d'arrivée de cette variante semble plutôt favoriser l'hypothèse 2.
Au PK 9, la trace de référence quitte la piste principale pour en prendre une beaucoup plus sauvage. On ne réfléchit pas, on suit. C'est bien raide et il y a de la poussette dans l'air. Un 4x4 de berger me double  et s'arrête peu de temps après pour installer des clôtures pour ses bêtes. Il me demande pourquoi je passe par là alors qu'il y a une bonne piste qui fait des crochets mais qui permet de monter plus facilement . Trop tard pour faire demi tour. Le seul avantage, c'est que c'est dans les bois et que c'est à l'ombre.
On rejoint la piste qui effectivement aurait moyennant une grande épingle permis de monter sur le vélo.
Passage au col de la Croix des Prés puis montée au mont Colombis. A 500m  du sommet, on tombe sur une route, qui semble prisée des cyclistes routiers.



Belle vue au sommet notamment sur le lac de Serre Ponçon. Cela permet en cette fin Juin de voir ce qu'il reste de neige sur les sommets. A priori jusqu'à 2600m tout à l'air bon et propice à des balades.
Descente par l’Échine de l’Âne. Le tout début est un peu raide et glissant. Pas sûr d'avoir pris le meilleur chemin.
Ensuite que du bonheur. Du single en sous bois. Quoi demander de mieux. Ensuite petit single tout en épingle pour arriver à Espinasses. On borde la fameuse vallée de la Salle du Bal des Demoiselles Coiffées de Théus, mais elle est un peu cachée. Il faudra y retourner.

Quelques demoiselles coiffées désertant le bal

24km pour 1200m de D+ et du myT2 global




Tracé TQRhttps://www.openrunner.com/r/10138612


Vendredi 21 Juin : la Haute Bléone 


Une randonnée non documentée, préparée avec les cartes et les photographies aériennes.
L'idée était d'aller dans la vallée de la Haute Bléone, à proximité de Digne et hyper sauvage à souhait , de monter par une piste et de descendre par des prairies et singles repérées sur les photos et cartes.
Départ près de la via ferrata de Prads Haute Bléone ( Barre de Meichira). Vu quelques câbles dans cette face rocheuse qui semble à priori assez delitée et de loin, pas trop adaptée à cette pratique . Longue piste, mais qui ne monte pas trop raide pour atteindre les crêtes de La Chau. Un petit poussage terminal pour arriver à la cote 1959. La suite de la crête est inroulable et on redescend face Sud en plein dans la prairie et quelques bois clairsemés. Un vrai régal.
On retrouve une piste bien caillouteuse. Théoriquement à 1500m un petit single pour couper un peu cette piste. Un vieux cairn ( 3 pierres entassées) signale le départ, mais ce n'est vraiment pas le top car il semble très végétalisé. On poursuit la piste. Autre single potentiel à 1377m. Pareil, départ vraiment pas terrible. On passe encore son tour. Presque à l'arrivée, débouche un petit single qui lui paraissait bien sympathique. En fait, dans le coin, les seuls singles où il y a du passage et qui sont donc à peu près propres  sont ceux qui redescendent de la via ferrata. Ils ne semblent pas provenir de plus haut.
Donc, piste à l'aller et piste à la descente, mais dans un endroit super sauvage. A continuer d'explorer notamment du coté du col de la Baisse et de la montagne du Carton, où il semble y avoir du potentiel.
20km pour 890m et du myT1 max



Tracé TQRhttps://www.openrunner.com/r/10138653


Lundi 24 Juin : Le Queyras : La crête de Glaisette

Comme annoncé dans tous les médias, forte canicule surtout dans le Sud Est de la France.
Donc dès potron minet ( c.a.d 10h), on prend la voiture et direction le Queyras, paradis sur terre du VTT (avec aussi le Beaufortain mais c'est plus loin).
Point de chute : Brunissard au pied du col de l'Izoard. Le pied est haut car on est quand même à 1750m d'altitude.


Ça permet d’enchaîner en début d'après midi un petit tour.
D'abord  en direction du  Col de l'Izoard sans trop souffrir de la chaleur.
Je pensais en plus qu'à cette heure là, les cyclistes routiers étaient soit en train de faire la sieste, soit scotchés sur Strava pour voir leurs perfs matinales.
Pas du tout. Plein de cyclistes me foutant tour à tour la pâtée. Sans parler des motos.
La Casse déserte 
et au fond le col de l'Izoard

Ensuite au début de la Casse Déserte ( versant sud du col), on quitte la route pour prendre un petit single à flanc dans la forêt mais qui monte quand même.
La GTHA
(Grande Traversée des Hautes Alpes)
passe par là

Arrivée au Col  de Tronchet puis une petite poussette terminale pour arriver au sommet de la Glaisette.
Ensuite que du bonheur. C'est pas dur ( myT2) et ça descend juste qu'en haut des pistes de ski de la Chalp.


Le ravin des Gleigaces qui domine la vallée de l'Izoard


Encore du single à travers bois pour arriver à proximité du lac de Roue (myT2). 
Petite piste forestière pour arriver à la Chalp puis bout de route terminal pour Brunissard
Excellente balade pour un après midi.
Coucher au gite les "Bons Enfants à Brunissard. Comme ce gite est à la confluence du GR5(Traversée des Alpes) et du tour du Queyras, pas mal de randonneurs.  Sans parler d'un public plus pointu faisant le tour de la "Dent du Ratier". 
18km pour 850m de D+




Mardi 25 Juin : le col des Ayes et le col de Néal

Tracé de référence :

Cette fois ci on part un peu tôt ( mais un peu tard pour les randonneurs, ils sont déjà tous partis).
Montée par une route/piste en direction des Chalets de Clapeyto.
Au moins, on est prévenu.
Il n'y a pas eu beaucoup de voitures sur cette route/piste



Petits chalets intermédiaire avant Clapeyto


Tiens, l'Alps Epic est passée par là
Encore une course pas pour moi

La [Ref2] semblant sur le papier un peu courte, arrivé aux Chalets de l'Eychaillon, direction le col des Ayes [Ref1].
330m de D+ à pousser sur le GR5. L'avantage, comme c'est du mode aller et retour, j'ai eu le temps de bien repérer la descente.
Le col des Ayes ( 2477m)
De l'autre côté, c'est direct Briançon


Quelques petits passages à pied, et surtout des rigoles de drainage qu'il fallait bien anticiper pour trouver leur point faible afin d'éviter l'OTB. Mais c'est bien passé ( myT3Inf).
On reprend le chemin des chalets de Clapeyto puis montée vers le Col de Néal. Très beaux passages au niveaux des lacs et quelques petits névés résiduels.

Les lacs à l'arrivée sur le col de Néal

Un peu avant le col du Lauzon début de la descente. Au début, un peu raide dans du pierrier  avec des cailloux qui veulent eux aussi rouler  ( myT4). Heureusement après ça se calme. On repasse à proximité des Chalets de Clapeyto pour une dernière petite remontée au col du Cros.
Ensuite single dans la forêt avec un max d'épingles pas bien faciles (myT3Sup) et retour à Brunissard.


Début de la descente du col du Cros
Les épingles, c'est après



23km pour 1250m de D+




Mercredi 26 Juin : Vallée du Rabioux

On change un peu de secteur et on va dans la vallée du Rabioux au dessus de Chateauroux les Alpes (près d'Embrun au bord de la Durance ).
Tracé de référencehttp://www.vttour.fr/sentiers/les-cabanes-du-tissap,2551.html

C'est une vallée qui permet d'accéder au Sud du Parc National des Ecrins.  Très sauvage. D'autant plus qu'ils sont en train de travailler sur la route pour enlever les rochers tombés. Et donc pas de voitures, que des engins de chantier
Départ un tout petit plus haut que Chateauroux ( 1165m) puis montée par la route le long du torrent du Rabioux. A cette altitude, il ne fait vraiment pas froid.
Belles petites cascades ( en plus de l'inévitable cascade de la Pisse sur l'autre versant)
Encore des cheminées de fées dans cette vallée.
Moins connues que celles de Theus, elles méritent le détour

Arrivée au gite des Charançons qui sert de cantine aux ouvriers du chantier. J'avais beau avoir le traditionnel sandwich dans le sac, je me suis arrêté pour faire marcher le commerce local. 
Bonne idée car la propriétaire adore les VTTistes électricless. Et en plus sa petite salade et ses fruits au sirop étaient exactement les ingrédients qu'il me fallait.
Après ce repas léger, on continue à monter vers la  première cabane du Tissap. Au début, c'est une piste qui passe par un parc à moutons avec moult patous. Là, ça va . C'est en montée et j'ai le temps de sympathiser avec eux.  Mais pour la descente, il va falloir que je trouve autre chose  car le pacte de non agression  mutuelle risque de tomber aux oubliettes.
Petit sentier en sous bois bien lisse et après ça se corse un peu.
Un velouté de single aux aiguilles de pins
Un vrai régal


Abondante végétation aux alentours de la cabane avec un mélange d'herbes, d'orties et de pierres. A l'aller je marche en écartant au maximum les herbes en prévision de la descente. Après cette première cabane, ça devient nettement mieux. C'est de l'herbe rase sur un sentier peu marqué.
Arrivée à la deuxième cabane de Tissap, juste à la frontière du Parc.
Demi tour.
La première partie de la descente est impeccable. C'est presque du free ride, le sentier n'étant pas d'une  grande utilité. 
Arrivé aux orties, ça se gâte un peu, parce que celles ci ont eu le temps de se redresser et aïe aïe ça pique bien mes mollets nus (myT3). Et les cailloux planqués dans la végétation sont toujours là.
Une petite queue d'orage m'oblige à sortir le kWay. Un petit single bien sympa, bien que mouillé me permet d'éviter les patous de l'aller.
J'avais envisagé une petite variante pour la descente après le gite. Entre les deux salades du midi, la dame du gîte me l'a déconseillée car trop végétalisée  . Retour par la route de montée. Une fois à la maison , j'ai un peu regretté, car même végétalisé, cette descente sur le papier me paraît intéressante.

24 km pour 1120m de D+

Tracé TQRhttps://www.openrunner.com/r/10161444